Moulay Hassan majeur : peur au sein de la famille de Mohammed VI !


Lecture 2 min.
Le prince Moulay El Hassan
Le prince Moulay El Hassan

Le prince héritier du Maroc, Moulay El Hassan, vient de boucler ses 18 ans. Le fils du roi Mohammed VI et de la princesse Lalla Salma peut donc aspirer au trône et prétendre gouverner le royaume, si bien entendu son père lui lègue les rênes. Toutefois, compte tenu du contexte, c’est une peur énorme qui subsiste au sein de la famille royale. Explications.

C’est le 8 mai dernier que le prince héritier du trône marocain, Moulay El Hassan, a eu ses 18 ans. L’âge requis pour espérer gouverner le royaume. Le fils unique du roi Mohammed VI pourra ainsi prendre les rênes de ce pays d’Afrique du Nord, lorsque son père quittera le pouvoir. A ce stade, Moulay El Hassan est le seul qui peut prétendre diriger le Maroc, après le départ du souverain : le pouvoir se léguant de père en fils, avec une priorité à l’aîné. En tant que fils unique, c’est un boulevard qui est ainsi tracé pour le prince héritier.

Seulement, rien qu’à l’idée que Moulay El Hassan pourrait accéder au trône, dans un court, moyen ou long terme, donne des frissons dans la famille de Mohammed VI. En ce sens qu’il s’agit là du fils de la princesse Lalla Salma, cette désormais ex-épouse du roi du Maroc, dont il a été question de « persécutions », il y a quelque temps, qui va diriger le Maroc, avec tous les pouvoirs. Selon certains journaux, en effet, Lalla Salma a été forcée à disparaître par ses belles-sœurs. Au rang de celles-ci, Lalla Hasnaa, sœur cadette du roi Mohammed VI.

Une situation que la mère du futur roi du Maroc n’aurait toujours pas digérée. Il a même été fait état de possibilité de vengeance de la part de Lalla Salma dont la mise à l’étroit dans le palais royal par la belle-famille est restée une pilule très difficile à avaler. Au moment où cette question de succession du roi Mohammed VI est évoquée après notamment la majorité de Moulay Hassan, c’est donc une grosse peur qui s’installe au sein de la belle-famille, qui pourrait faire les frais de comportements peu orthodoxes vis-à-vis de la mère du roi en gestation. Qu’en sera-t-il ?

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter