Mouammar Kadhafi : un an après

Déjà un an, jour pour jour, que l’ancien dirigeant libyen, Mouammar Kadhafi, est décédé dans des conditions assez confuses. Sa mort hante toujours les nouvelles autorités libyennes.

Mouammar Kadhafi est mort, mais son spectre, lui, plane toujours au dessus d’une Libye aujourd’hui encore agitée. Un an après sa mort, le 20 octobre 2011, le pays n’a pas été totalement « libéré de son régime » selon les nouvelles autorités libyennes. L’instabilité politique est de mise et « la libération du pays n’a pas été complètement réalisée dans certaines régions », a déclaré le président de l’Assemblée nationale libyenne, Mohamed al-Megaryef, qui a fait référence à la ville de Bani Walid, un des derniers bastions de l’ancien régime où depuis plusieurs jours des affrontements meurtriers ont lieu.

La période post-Kadhafi est morose. Dans un discours diffusé la nuit dernière, Megaryef fait état d’un « retard et une négligence ». Les anciens rebelles qui ont combattu le régime de Kadhafi n’ont pas tous été désarmés ou intégrés dans la nouvelle armée ou les institutions de l’Etat. La lutte contre prolifération des armes a des difficultés à s’opérer. Dans certaines régions de la Libye, ce sont les milices qui font la loi depuis la mort du “guide”.

Côté justice, le président de l’Assemblée nationale dresse là aussi un constat négatif. Les réformes prévues dans ce domaine ont pris du retard. Il a pointé du doigt les complexités à mener à bien le dossier de la réconciliation nationale. D’après lui, « cette situation a attiré des Fouloul (restes) de l’ancien régime à l’intérieur du pays à s’infiltrer dans les organes de l’Etat et à comploter avec ceux qui sont à l’extérieur du pays contre la révolution et sa direction légitime », rapporte l’AFP.

Les rues de Bani Walid sans dessus-dessous

La ville de Bani Walid baigne encore et toujours dans le sang. Une opération militaire a été lancée cette semaine contre la ville soupçonnée d’abriter des anciens partisans de Mouammar Kadhafi recherchés par la justice. Pllus d’une quinzaine de personnes ont été tuées dans des bombardements de l’armée libyenne. D’après Mohamed al-Megaryef, il ne s’agit pas d’« une guerre d’extermination ou de nettoyage ethnique comme certains le prétendent à tort mais une campagne pour le retour à la légitimité et pour rétablir la sécurité et la stabilité » dans la ville. L’assaut a été donné suite à la mort d’un ancien rebelle de Misrata qui aurait été enlevé et torturé durant plusieurs jours à Bani Walid.

Toutefois, points positifs pour le pays, la Libye dispose des réserves de pétrole les plus importantes d’Afrique. Et le pays n’a quasiment aucune dette et possède des avoirs extérieurs atteignant environ 175 milliards de dollars. Un atout économique dont le pays profitera qu’avec le retour d’une stabilité politique et une maîtrise de l’insécurité.