Mort de Freddy Kambale, l’accusé nie en bloc les faits

C’est d’une balle dans la tête que Freddy Kambale a été tué en date du 21 mai dernier. Cela s’est produit au cours d’une manifestation pacifique organisée par la Lucha. Le principal accusé a plaidé non coupable et nie les faits en bloc. 

Le procès a débuté ce lundi 

L’accusé dans cette affaire de meurtre n’est autre que le policier Eric Obeni. Selon les faits qui ont été reportés par les différents témoins à charge, il aurait tué Freddy Kambale d’une balle dans la tête, alors que la victime ne représentait aucune menace. Il plaide pour ainsi dire non coupable, alors qu’une pluie de témoignages s’abat sur lui. En effet, plusieurs de ses collègues ainsi que son commandant ont plaidé contre lui, mais rien n’y fît.

« Nous attendrons jusqu’au dernier jour lorsque le tribunal dira que vous êtes coupable on vous condamne. Là, on va s’incliner. Mais à ce stade, ils ont donné leurs avis nous avons donné les nôtres », a laissé entendre Kiunga Makila, avocat de l’accusé. De son côté, la partie plaignante dit être satisfaite de ce début de procès. L’audience se poursuit et rien ne semble encore écrit d’avance.

Une victime parmi tant d’autres

Agé de seulement 20 ans, Freddy Kambale était un militant du mouvement citoyen Lucha-RDC. Martin Fayulu, farouche opposant du Président en exercice, a twitté, après la mort du jeune homme : « Le régime sanguinaire de Kabila continue, avec son proxy Tshisekedi, à tuer, sans merci, de braves jeunes. »

Le meurtre a eu lieu dans la ville de Beni, une région sujette à plusieurs violences, même venant de la part d’officiers assermentés. On y rapporte que le colonel Van Kasongo a fait délivrer un ordre aussi simple que martial : « Tout policier qui sera retrouvé avec une arme en son domicile sera tout simplement arrêté ». La décision a été prise suite à un échange avec l’état-major. 

Quand bien même le colonel Kasongo a laissé entendre que cette décision a été prise pour limiter les cas de vols, de braquages orchestrés par ses éléments, il faut tout de même souligner que cette décision a été appliquée en plein procès de l’affaire Freddy Kambale.

Notons par ailleurs que le meurtre de Freddy n’est pas le premier de ce genre en RDC. Bien avant lui, d’autres étaient tombés sous les balles, il s’agit de L. Nukulula ou encore de O. Muhindo.