Mort d’un député libyen au Maroc : ce que l’on sait

Le Parlement libyen

Un député libyen a perdu la vie, dimanche 13 décembre dernier, sur le sol marocain, alors qu’il avait effectué le déplacement au royaume pour participer à des discussions. Que s’est-il passé ?

Le drame a eu lieu dimanche, comme l’a indiqué le journal L’Orient-Le Jour, précisant que le député libyen Omar Garmil est décédé des suites d’une affection à la maladie à Coronavirus. Le parlementaire libyen était au Maroc, où il a participé, fin novembre, à de nouveaux pourparlers pour tenter de sortir son pays du chaos dans lequel il est plongé depuis la mort de leur Président Mouammar Kadhafi.

Omar Garmil, toujours selon le journal, avait participé à cette réunion consultative à Tanger, au Nord du Maroc, aux côtés de 120 autres membres de la Chambres de représentants. Rencontre qui avait donné les résultats escomptés, dans la mesure où elle a débouché sur de nouveaux engagements de la part des élus libyens à mettre fin aux divisions qui minent la Libye.

C’est à la suite de ces travaux que le député Omar Garmil a été testé positif au Coronavirus avant d’être hospitalisé à Tanger, où, selon une source diplomatique du journal L’Orient-Le Jour, il est mort du Covid-19. Le Maroc comptant 400 826 cas de contamination, dont 6 659 décès.

Le Gouvernement d’union nationale (GNA), basé à Tripoli et reconnu par l’ONU, ainsi que la mission des Nations Unies en Libye, ont présenté leurs condoléances aux proches de ce député, sans mentionner la cause et le lieu du décès, relève le journal.

Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye fait l’objet de tiraillements entre deux camps rivaux, le GNA et le maréchal Haftar, soutenu par une partie du Parlement élu auquel appartenait le député Omar Garmil.