Mort d’Adesanya, le chef de la communauté Yoruba

Les Nigérians de divers horizons pleurent Abraham Adesanya, le chef de la communauté culturelle des Yorubas, Egbe Afenifere, décédé dimanche.

Adesanya s’est éteint paisiblement dans sa résidence d’Apapa, à Lagos, après avoir pris son petit-déjeuner. La nouvelle de sa mort a plongé le pays tout entier dans la consternation. Le défunt aurait eu 86 ans le 24 juillet prochain.

La nouvelle de sa mort a provoqué le déplacement d’un grand nombre de ses alliés politiques et de ses amis, qui ont tous convergé vers son domicile pour exprimer leur sympathie à sa famille.

Le gouverneur de l’Etat d’Ogun, Olusegun Osoba, fait partie des premières personnes à s’être rendues au domicile du défunt. Il a affirmé qu’Adesanya s’était éteint calmement.

Selon la fille du défunt, Modupe Adelaja, elle a indiqué qu’Abraham Adesanya restera dans les mémoires pour sa contribution à la démocratie.

Mme Adelaja, qui est directrice générale de l’Agence de promotion des petites et moyennes entreprises (SMEDAN), a éclaté en sanglots à son arrivée au domicile de son père, expliquant qu’il (Adesanya) s’était rangé du côté des masses, même lorsqu’une telle position était difficile à tenir.

“Il revient au peuple de décider de quelle manière il souhaite l’immortaliser”, a-t-elle déclaré, tout en ajoutant: “Il restera dans nos mémoires pour son action déterminée et désintéressée au service du peuple”. Selon Mme Adelaja, le défunt était malade depuis quelques années.

L’élite nigériane lui rend hommage

Dans une interview accordée par téléphone, l’ancien chef de l’Etat, Olusegun Obasanjo, s’est dit attristé par la nouvelle du décès d’Adesanya, précisant que “Baba Adesanya faisait la jonction entre les périodes pré et post-indépendance de notre pays, notamment dans le Sud-Ouest. Il sera difficile à remplacer et nous manquera beaucoup”.

Réagissant aussi à la triste nouvelle, l’ancien président du Sénat, Ken Nnamani, a déclaré que “Baba Adesanya était l’une de ces icônes politiques qui ont fait montre de détermination et ont prêché par l’action. Toutes ses actions étaient marquées du sceau de l’intégrité. Il nous manquera beaucoup, notamment en ces moments où nous avons besoin d’hommes d’intégrité et de principes dans notre pays”.

Par ailleurs, Prince Bola Ajibola, ancien juge à la Cour internationale de Justice, s’est dit choqué par la nouvelle, expliquant qu’il était regrettable que cet “important politicien et grand combattant”, nous quitte à ce moment.

“Il fut un grand homme, un grand politicien, un grand combattant et un nationaliste de premier plan. Il va certainement nous manquer à tous ainsi qu’à toutes les personnes éprises de liberté et de démocratie”, a encore ajouté M. Ajibola.

De même, David Mark, le président du Sénat nigérian, a dit toute sa tristesse après le décès d’Adesanya, constatant qu’il avait laissé son empreinte dans l’histoire.

Pour leur part, Ike Ekweremadu, vice-président du Sénat, le sénateur Iyiola Omisore et l’ancien sénateur Mojisola Akinfenwa ont également déploré la perte d’Adesanya.

Selon Bayo, le fils aîné du défunt, son père méritait d’être immortalisé par le gouvernement fédéral. “Le Nigeria doit l’immortaliser car il fut un combattant obstiné, qui a lutté pour cette démocratie dont le pays jouit aujourd’hui”, a-t-il affirmé.

Cependant, le gouverneur Babatunde Fashola, de l’Etat de Lagos, a promis de veiller à ce que l’Etat réserve au défunt les funérailles officielles qu’il mérite, affirmant qu’il le classe parmi les plus grands nationalistes du pays.

Revenant sur les derniers moments d’Adesanya, l’infirmière qui s’occupait de lui, Mme Christianah Oluwagbemi, a expliqué qu’il était en train de prendre son repas, à 12 heures 30, quand il lui avait soudain rendu son assiette et quand elle l’avait interrogé sur les raisons de son manque d’appétit, il n’avait donné aucune réponse.

“Lorsque je lui ai servi son repas, il m’a retourné son assiette. Je lui ai demandé s’il n’aimait pas la nourriture, il n’a pas répondu. Je l’ai alors secoué et quand j’ai regardé ses yeux, ils avaient changé. J’ai voulu lui prendre le pouls, mais son bras est retombé”.

Le défunt Chef Adesanya avait siégé au sein de la défunte Chambre d’Assemblée de la région Ouest et il a aussi été sénateur au cours de la seconde République.

Adesanya a été un grand avocat et il avait fait partie de l’équipe de conseillers juridiques qui avaient défendu la requête que le candidat Obafemi Awolowo avait déposée à l’issue de l’élection présidentielle de l’année 1979.

Il avait aussi échappé à une tentative d’assassinat en 1996.