Mokobé chante son Afrique

Mokobé, membre du groupe 113, sort Mon Afrique, son 1er opus solo, ce 11 juin en France. Un album qui, estime-t-il, lui ressemble. A travers lui, le rappeur franco-malien veut donner une autre image d’un continent doué d’un énorme patrimoine culturel. Salif Keita, Youssou Ndour, Fally Ipupa, Tiken Jah Fakoly, Diams… Il a invité une pléiade d’artistes de renom à chanter à ses côtés. Interview.

Mokobé s’inspire de ses racines. Son premier album solo, Mon Afrique, est d’une grande richesse et présente une pléthore de featuring prestigieux. Membre du groupe 113, que l’on connaît à travers de nombreux tubes qui nous ont fait danser, comme « Tonton Du Bled », « Hold Up » ou encore « Jackpotes 2000 », l’artiste originaire du Mali veut aujourd’hui mélanger le rap à la musique traditionnelle africaine car il reste « très attaché à l’Afrique ».

Afrik.com : Qu’entends-tu par Mon Afrique, le nom de ton album ?

Mokobé :
Je voulais affirmer ma double culture, que j’ai entre la France et l’Afrique, en allant chercher l’inspiration sur mes terres d’origine. Je trouve que la question des origines est très importante. Le but de cet album est de donner une nouvel air frais au rap et de lui apporter un peu de culture. Quand il y a eu l’esclavage, les gens ont été emportés aux 4 coins du monde. Les champs de cotons aux Etats-Unis c’est de là que vient la soul, le jazz, le blues. Puis sont nés par la suite le funk et le rap. Lorsque l’on voit les rappeurs comme 50 Cent, Busta Rhymes, on se demande d’où viennent ces gens en réalité. Pour notre part, nous [dont les parents ont immigré récemment d’Afrique, ndrl] avons la chance de savoir d’où l’on vient et de dire qu’on est originaire du Mali, du Sénégal, du Togo… Cela n’a pas de prix.

Afrik.com : Tu as beaucoup d’invités sur ton album !

Mokobé:
J’ai invité beaucoup de grands artistes africains pour m’accompagner sur ce disque tels que Youssou Ndour, Salif Keita, Big Daddy Kane, Amadou et Mariam, et aussi Diam’s, Sira, DJ Lewis, Sekouba Bambino, Diabate, Seun Kuti, Booba, Patson (Jamel Comedy Club), Fally Ipupa, Tiken Jah Fakoly, Viviane Ndour, Gohou (les guignols d’Abidjan), Fou Malade, Popa et Manu Chao m’ont tous soutenu et participé à cette belle aventure.

Afrik.com : Ton album est très orienté Afrique, quel message veux-tu faire passer à travers tes chansons ?

Mokobé :
Je veux avant tout faire passer un message d’espoir. Ce continent possède un gros patrimoine culturel. Je veux aussi casser les préjugés, car aujourd’hui il y a encore des gens qui croient qu’en Afrique, on met des êtres humains dans de grosses marmites avec des légumes pour pouvoir les manger. C’est malheureux de voir tout ça. L’Afrique a une triste histoire qui la poursuit depuis des années. Il y a au aussi un gros point d’interrogation sur ce disque en ce qui concerne la politique que l’Occident a pu y mener. L’Afrique est brisée et à genoux. La plupart des gens l’associe à l’immigration, aux sans-papiers … Ce continent est très riche et a tout à donner. Je rêve qu’un jour, il se retrouve sur un trône.

Afrik.com : Dans ta chanson « Parole de soninké », tu parles des familles sans-papiers rapatriées dans leurs pays, de l’immigration et de Nicolas Sarkozy. Penses-tu que sa victoire soit une menace pour les Africains ?

Mokobé :
Je pense que ça va être très dur. Lorsqu’il y a eu les incendies au Boulevard Vincent Auriol, plusieurs familles africaines se sont entassées dans le gymnase avec leurs enfants en entendant d’avoir un toit. Ce sont les artistes qui ont fait bouger les choses. Alors quand on prend les choses comme ça, oui c’est une menace pour les Africains.

Afrik.com : Quelle est ta vision des Africains de France ?

Mokobé :
C’est triste à dire mais nous ne sommes pas assez soudés. Je trouve qu’il n y a pas de fraternité entre nous. Chacun est dans son coin et tant que ce n’est pas à lui qu’un problème arrive, il se dit que ça ne le regarde pas. C’est dommage. Je le dis dans l’album, c’est ça qui nous divise.

Afrik.com : Quelle est ta relation avec les 113 ?

Mokobé :
Ma relation avec le groupe est toujours la même. Depuis que les gens sont au courant de la sortie de mon album solo, ils pensent que c’est la fin du groupe, mais pas du tout. J’ai juste voulu faire mon propre album. Un album qui me ressemble.

 Mokobé, Mon Afrique, Sony Music BMG

 [Commander en ligne->http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/B000QCQ7A4/
africomleport-21/]

 Le site de Mokobé

 la fiche de présentation de Mokobé