Mise à jour forcée de Windows 10 : Microsoft condamné à verser 10 000 euros à une Américaine !

Le géant américain Microsoft, pour avoir forcé l’installation de Windows 10, a été condamné à verser la somme de 10 000 euros à la propriétaire d’une agence de voyage, en guise de dommages et intérêts.

Pour avoir forcé l’installation de Windows 10, le géant américain Microsoft a été condamné à verser la somme de 10 000 euros à la propriétaire d’une agence de voyage, en guise de dommages et intérêts.

Depuis son lancement, le 29 juillet 2015, les téléchargements du nouveau système d’exploitation de Microsoft ne sont pas si nombreux, puisque le logiciel aurait été installé sur 300 millions d’ordinateurs dans le monde. Un chiffres encore insuffisant pour le géant américain, car nombreux sont ceux qui ont préféré rester sur les versions Windows 7 et 8.

Sauf que Microsoft aurait trouvé la parade qui consiste à forcer la main aux utilisateurs de Windows 7 et 8 en paramétrant par défaut le téléchargement automatique de son nouveau système d’exploitation au sein des mises à jour importantes et recommandées. Et depuis le 1 février, les utilisateurs qui n’ont pas désactivé l’option mise à jour automatique dans le menu des paramètres de l’ordinateur, voient celui-ci l’installer de lui-même, sans demander l’autorisation.

Ce qui n’a ps plu à une utilisatrice américaine, qui a attaqué en justice le géant américain. En effet, cette californienne, propriétaire d’une agence de voyage, a entraîné une condamnation de Microsoft qui devra lui verser 10 000 euros de dommages et intérêts. Somme que le géant a fini par payer, après une petite période de réticence.