Migrants à Calais : ce que prévoit l’accord signé entre Londres et Paris

Paris et Londres ont signé jeudi un accord pour résoudre la situation à Calais, où des milliers de migrants, notamment originaires de l’Afrique subsaharienne, se sont installés dans le but d’améliorer leurs conditions de vie et ceux de leurs proches restés dans leur pays d’origine.

Depuis plusieurs mois, la situation à Calais, ville située dans le Nord-Pas-de-Calais, en France, préoccupe particulièrement Londres et Paris. Des milliers de migrants se sont installés dans la ville, espérant améliorer leurs conditions de vie et celles de leurs proches restés dans leur pays d’origine. D’après le Haut Commissariat de l’ONU pour les Réfugiés (HCR), quelque 3000 réfugiés et migrants vivent actuellement « dans des conditions déplorables » à Calais et dans le Pas-de-Calais. La France et l’Angleterre ont décidé de coopérer pour lutter contre l’immigration illégale qui ne cesse de prendre de l’ampleur à Calais. Ils ont signé jeudi un accord suite à une rencontre entre le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve et son homologue britannique Thérésa May. L’objectif, empêcher les migrants de passer par le tunnel sous la Manche pour se rendre en Angleterre et également de lutter contre les réseaux de passeurs.

L’accord prévoit plusieurs dispositifs, qui seront financés à hauteur de 10 millions d’euros par la Grande-Bretagne. Il prévoit entre autre la mise en place d’un centre conjoint de commandement et de contrôle à Coquelles. Il s’agit de « trouver et démanteler les membres du crime organisé qui tentent de faire passer en contrebande des migrants vers le nord de la France et à travers la Manche », avait précisé le ministère britannique de l’Intérieur dans un communiqué.

Accroissement des effectifs policiers

Il prévoit aussi un accroissement des effectifs de policiers français déployés autour de l’entrée française du tunnel sous la Manche et l’installation, sur financement britannique, de clôtures, de caméras de surveillance et d’autres équipements de sécurité autour du site. Eurotunnel, l’opérateur de l’ouvrage souterrain, recevra « des moyens supplémentaires » pour sécuriser l’entrée du tunnel, et mettre en place des équipes de fouille de fret 24H/24.

Sur le plan humanitaire, l’accord prévoit d’« intensifier l’observation des migrants pour identifier les plus vulnérables et les victimes potentielles de la traite ». Un dispositif qui concerne surtout les femmes et les enfants, dans l’idée de les informer et les placer en lieu sûr, « ce qui implique des capacités de logement et de prise en charge pour notamment empêcher que puissent avoir accès à ces populations vulnérables tous ceux qui cherchent à les exploiter ». L’idée est aussi de favoriser les retours volontaires vers les pays d’origine, avec la mise en place de campagnes d’information et de programmes d’aide au retour.

Sur le plan international, Londres et Paris souhaitent nouer un partenariat avec les pays d’où les migrants sont originaires. Ils ont convenu d’organiser « une conférence de suivi à Paris, avec les autres Etats membres de l’Union Européenne, si possible d’ici à la fin de l’année », et d’apporter un soutien à la Grèce et à l’Italie pour faire la différence entre les réfugiés et migrants économiques irréguliers. D’après le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, le Premier ministre français Manuel Valls et deux commissaires européens se rendront avec lui à Calais le 31 août prochain.