Microsoft cherche directeur général désespérément

Steve Ballmer, directeur général du géant américain des logiciels Microsoft, devra quitter ses fonctions d’ici à un an, a annoncé le groupe dans un communiqué,vendredi 23 août. Il restera aux commandes du groupe pendant le processus de recherche de son successeur.

Pourtant Steve Ballmer avait mis en place la plus grande réorganisation de l’histoire du groupe, en gestation depuis plusieurs mois. Visant à donner plus de cohérence et à simplifier le développement de nouveaux produits, cette nouvelle organisation se veut centrée sur l’expérience utilisateur. Mais cela n’aura pas suffit pour qu’il reste encore à la tête du tout puissant groupe Microsoft. Steve Ballmer restera aux commandes du groupe pendant le processus de recherche de son successeur. Le conseil d’administration a nommé un comité spécial chargé de trouver un nouveau directeur général. Il comprend notamment le président du conseil d’administration et cofondateur de Microsoft, Bill Gates.

A l’origine de ce départ, le fait que le numéro un mondial des logiciels, fondé en 1975, ait raté le tournant vers les appareils mobiles et peine à rattraper son retard. Dans la téléphonie mobile, notamment, le groupe a, pour l’instant, totalement échoué à concurrencer les deux mastodontes du secteur, Apple et Samsung, qui se partagent l’essentiel du marché des smartphones. Du côté des tablettes tactiles, la Surface de Microsoft a également échoué à conquérir une part significative du marché, malgré une intense campagne de publicité.

« Nous avons adopté une nouvelle stratégie, avec une nouvelle organisation, et nous avons une équipe dirigeante épatante. Au moment où Microsoft se transforme en une entreprise d’appareils électroniques et de services, le groupe a besoin de quelqu’un qui sera là, à long terme, pour la mener dans cette direction », a confié Steve Ballmer.
Curieusement, à la suite de l’annonce de la recherche d’un successeur à Steve Ballmer, l’action a bondi de 8 %, à 35,02 dollars, lors des échanges électroniques précédant l’ouverture de la séance officielle à New York.

A noter que l’entreprise fait l’objet d’une importante enquête pour corruption concernant des marchés passés en Russie et au Pakistan.