Michel Gbagbo : « Je n’ai jamais joué de rôle politique auprès de mon père »

Michel Gbagbo, le fils de l’ancien président était entendu ce mercredi à la Cour d’assises d’Abidjan. Il s’est défendu de n’avoir jamais joué de rôle politique au sein du Front populaire ivoirien (FPI).

Michel Gbagbo est poursuivi pour son rôle présumé au cours des violences de la crise post-électorale de 2010-2011 en compagnie de Simone Gbagbo, la femme de l’ancien président, et de 81 co-accusés. Il dénonce sa présence à ce procès à la Cour d’assises d’Abidjan qui n’est dû, selon lui, qu’à son nom. Il était entendu ce mercredi à la barre ainsi que quatre autres accusés, rapporte L’intelligent d’Abidjan.

« Je n’ai jamais joué de rôle politique auprès de mon père », a-t-il indiqué. Il ajoute n’avoir jamais eu de rôle politique au sein du Front populaire ivoirien (FPI), le principal parti d’opposition créé par Laurent Gbagbo. « Je n’ai joué aucun rôle auprès de Monsieur Aboudrahamane Sangaré (alors Secrétaire général du FPI), je n’ai joué aucun rôle auprès du Secrétariat exécutif du FPI », s’est-il défendu.

« Parce que je suis le fils de Gbagbo »

Lui comme les quatre autres accusés ont récusé toutes les accusations de participation aux violences de la crise post-électorale en Côte d’Ivoire qui aurait fait près de 3 000 morts. Michel Gbagbo s’est défendu : « Je ne me reconnais pas dans les faits qui me sont reprochés. Le Ministre d’Etat, Ministre de la Justice m’a dit au golf que, instruction a été donnée pour m’arrêter. Et c’est plus tard qu’il révèle sur Onuci-Fm, que c’est parce que je suis le fils de Gbagbo que je fus arrêté. J’étais en ce moment en prison à Bouna.»

Il éclaircit ensuite ses liens avec Charles Blé Goudé, l’ancien chef des Jeunes patriotes, un mouvement de jeunes qui soutenait Laurent Gbagbo et qui est accusé d’avoir commis des violences : « Blé Goudé Charles, je le connais personnellement. Mais, je n’avais pas de réunion politique avec la galaxie patriotique. Je n’étais ni membre de la présidence, ni de la primature encore moins du secrétariat exécutif du FPI. Je ne m’intéressais pas à la politique ».

Simone Gbagbo, la femme de l’ancien président, sera entendu lundi prochain au tribunal d’Abidjan.