Meurtre de la députée Jo Cox : indignation en Afrique

Le meurtre, jeudi, de la députée travailliste pro-européenne Jo Cox a ému jusqu’en Afrique où règne l’incompréhension face à cette criminalité gratuite.

A Dakar,

Les responsables politiques du monde entier, la société civile, jeunes, vieux, femmes, hommes, et même les enfants ont manifesté leur consternation suite au meurtre, ce jeudi 16 juin 2016, de la députée travailliste pro-européenne Jo Cox. Le quel crime a entraîné la suspension de la campagne du référendum du 23 juin 2016 sur l’appartenance du Royaume-Uni à l’Union Européenne. En Afrique, notamment au Sénégal, c’est l’émoi et la consternation totale.

Pour Coumba Diop, élève en classe de Terminale, « c’est horrible ce qui vient se passer en Angleterre. Je croyais ces pratique d’un autre siècle. Comment peut-on ouvrir le feu sur quelqu’un, à plus forte raison une femme, juste parce qu’elle ne partage pas les mêmes convictions ? je n’en reviens toujours pas. j’ai même pleuré lorsque je regardais les images de la femme, si jeune, si entreprenante, être bêtement tuée à la fleur de l’âge. C’est inhumain. Et moi croyait que la violence avait des limites dans une campagne. Surtout une campagne juste pour un référendum ».

Mamadou Ndiaye, professeur, dit toujours se croire dans « un film d’horreur. Un député du peuple se faire abattre en plein campagne, il faut le faire. Même en Afrique, nous avons dépassé ce stade. car chacun est libre d’exprimer sa pensée et de prendre position. Surtout au Royaume Uni. Même dans notre Sénégal, ces pratiques ne peuvent exister. Cette haine qui peut pousser un individu à tuer froidement une personne engagée dans un camp différent ne peut en aucun cas se justifier. Jo Cox représentait avant tout le peuple britannique. A travers cette campagne, elle défendait forcément l’opinion de ceux qui l’avaient porté à l’Hémicycle. Et voilà qu’elle est criblée de balles. C’est horrible ».

Jo Cox, députée travailliste pro-européenne, a été tuée par balles, ce jeudi 16 juin 2016, dans le nord de l’Angleterre. En début d’après-midi, un homme a tiré plusieurs balles contre la jeune députée âgée de 41 ans, qui s’est effondrée en sang. Peu après, la police a interpellé le tireur présumé, un homme de 52 ans, décrit par ses voisins comme un solitaire et identifié par les médias comme Thomas Mair, un « partisan dévoué d’un groupe néo-nazi basé aux Etats-Unis.