Menaces terroristes au Niger : près de 2 millions de téléphones mobiles désactivés

C’est pratiquement le tiers des abonnés téléphoniques du mobile qui a été supprimé au Niger. Sur les 5,5 millions d’abonnés au téléphone mobile, 1 728 225 numéros ont été désactivés.

Le Niger qui comptait quelque 5,5 millions d’abonnés téléphonique n’en compte plus que 3,7 millions. La raison, les autorités ont décidé de désactiver « tous les numéros de téléphone mobile fantômes ».

C’est au cours d’une conférence de presse, que le directeur général de l’Autorité de régulation des télécommunications et de la Poste (ARTP) du Niger, Almoustapha Boubacar, a confirmé la suppression de 1 728 225 numéros. Cette suppression faite suite à une vaste campagne lancée en mars et qui avait pour but de collecter les noms de tous les abonnés et de les associer à leur mobile.

Selon les autorités nigériennes, « plus d’ 1,7 millions de cartes SIM fantômes ont été détectées et ensuite désactivées ». Pour retrouver son numéro désactivé, il faudra se rendre chez son opérateur muni de sa pièce d’identité. Mais en réalité, cette opération est censée prévenir d’éventuels risques terroristes et criminels dans un pays aux frontières poreuses. Ainsi, ce recensement permettra de contrer certains risques. De même, le Niger interdit désormais la vente de cartes SIM pré-activées et donc non attachées à une personne en particulier.

A noter que cette opération est en passe d’être une pratique dans toute la sous-région. En effet, tout récemment, des pays comme le Sénégal avaient aussi initié le même projet visant à identifier tous les abonnés au téléphone mobile. Une opération qui visait aussi à éviter toute menace sur le territoire.