Médias camerounais : l’heure des Etats Généraux

OZR lit Le Canard

L’organisation au Palais des Congrès de Yaoundé des Etats Généraux de la Communication au Cameroun soulève une vague d’espérance dans le secteur des Médias, dont le développement cherche sa voie, alors qu’Internet et le satellite ouvrent les frontières médiatiques camerounaises et transforment le rapport même que les Camerounais entretiennent avec l’information.

Saisi au vol à l’aéroport de Yaoundé, où il atterrissait tout juste de Paris pour participer aux Etats Généraux de la Communication au Cameroun, Hervé Bourges, ancien Président du Conseil supérieur de l’Audiovisuel français, ancien Président des chaînes TF1, France 2, France 3, ou encore de RFI, Radio France Internationale, nous a livré son enthousiasme pour ces Etats Généraux… Ecoutons-le :

L’optimisme mobilisateur d’Hervé Bourges

« Les travaux qui se dérouleront lors des Etats généraux de la Communication sont extrêmement importants, et leur organisation tombe à point nommé. Ces Assises interviennent au moment précis où le Cameroun doit concevoir l’articulation entre les aspirations collectives propres à chaque nation, à un niveau culturel et politique, et un univers médiatique nouveau, celui d’Internet et de la mondialisation des réseaux de communication. »

Hervé Bourges à Yaoundé (Cameroun)

« D’un côté, il y a une formidable liberté de communiquer dont la régulation est indispensable mais compliquée, de l’autre il y a la nécessité de préserver les identités nationales et les cultures face au déferlement d’images internationales. La solution, c’est le dynamisme de chaque pays, sa capacité à produire, à diffuser à l’intérieur de ses frontières et hors de ses frontières des images originales et fortes, capables d’entrer en concurrence avec celles des réseaux mondiaux. »

Tel est sans doute le message d’optimisme et de mobilisation qu’Hervé Bourges délivrera en ouverture des Etats généraux, mercredi 5 décembre 2012, lui qui fut aussi il y a quarante ans le fondateur de l’Ecole supérieure interétatique de journalisme de Yaoundé, rebaptisée ESSTIC, mais toujours installée sur le campus de l’université de Yaoundé II et formant année après année des bataillons de combattants du journalisme camerounais…

Aux médias camerounais la responsabilité d’innover

Au-delà des enseignements des grands anciens, c’est aux professionnels camerounais d’aujourd’hui que reviendra la lourde tâche de composer au cours de ces Etats généraux les grands axes de leur propre avenir : tous les médias sont confrontés aux défis de la numérisation et à l’apparition de nouvelles concurrences. Elles doivent être regardées comme des occasions de renouvellement, des portes ouvertes sur une communication débridée, diversifiée, probablement rajeunie dans ses méthodes comme dans ses outils.

OZR lit Le CanardLes journalistes doivent aujourd’hui se saisir des nouveaux horizons d’expression qui s’offrent à eux… Et ce n’est pas un hasard si Olivier Zegna Rata, l’un des Fondateurs du Groupe AFRIK.COM, éditeur des Quotidiens numériques Afrik.Com, Afrik-foot.com, et de l’agence audiovisuelle Afrik.tv, sera également présent pour trois jours à Yaoundé, marquant par là même l’importance qu’il accorde au développement du marché numérique camerounais.