Mauritanie : Sidi Ould Cheikh Abdallahi élu président

Le nouveau président mauritanien s’appelle Sidi Ould Cheikh Abdallahi. Il a été élu ce dimanche avec plus de 52% des voix. Son élection marque le renouveau démocratique en Mauritanie, comme l’avait promis la junte miliataire au pouvoir durant ces deux dernières années.

Le candidat indépendant Sidi Ould Cheikh Abdallahi, 68 ans, a remporté ce dimanche l’élection présidentielle en Mauritanie avec 52,85% voix contre 47,15% pour Ahmed Ould Daddah, son challenger. Les résultats officiels seront connus dans les prochaines heures. Pour les premières véritables élections libres qu’ait connues le pays depuis son indépendance, le taux de participation a été de 67,5% sur les plus d’un million d’électeurs inscrits. Ce scrutin onstitue également le point final à la transition politique souhaitée par la junte militaire arrivée au pouvoir en 2005 à la faveur d’un coup d’Etat sans effusion de sang. Le successeur de l’ancien président Maaouya Ould Taya, le Colonel Ely Ould Mohamed Val, s’était alors engagé à faire renouer son pays avec la démocratie. Aucun membre du Conseil militaire pour la justice et la démocratie (CMJD), qui a dirigé le pays pendant deux ans, n’a été d’ailleurs autorisé à se présenter.

La Mauritanie renoue avec la démocratie

C’est donc un économiste de 68 ans, ancien ministre dans les précédents gouvernements mauritaniens, qui arrive à la tête de ce vaste pays qui ne compte que 3,1 millions d’habitants. Le nouveau président, qui appartient à l’élite maure, a bénéficié du soutien de l’ancienne majorité présidentielle de Ould Taya et de celui, plus critiqué, de la junte militaire qui devrait garder un œil sur sa gestion de l’Etat. Pour Ahmed Ould Daddah, la confrontation politique que lui refusait depuis plus d’une décennie le président Ould Taya, a enfin eu lieu, mais à son désavantage.

Les deux prétendants à la magistrature suprême mauritanienne s’étaient engagés en faveur de la démocratie, de la justice sociale et du développement économique. Le bilan politique positif que laisse derrière lui le CMJD et la manne pétrolière, à l’origine d’une embellie économique en Mauritanie, devraient aider le président Sidi Ould Cheikh Abdallahi à tenir ses promesses électorales.

Copyright photo : www.cridem.org