Mauritanie : gratuité des évacuations des malades entre les structures hospitalières

Mouhamed Ould Gazouhani, Président de la Mauritanie

L’évacuation des malades entre les différentes structures hospitalières de la République de Mauritanie est désormais gratuite. L’annonce est du ministre de la Santé, à travers un communiqué officiel publié par différents médias du pays.

A partir de ce samedi 4 janvier 2020, les frais d’évacuation du malade et de son accompagnant sont supportés par l’Etat mauritanien. C’est ce qui ressort d’un communiqué du ministre mauritanien de la Santé qui fait ainsi état de la gratuité des évacuations des malades entre les différentes structures hospitalières. Mieuxn précise encore le communiqué, « tout malade évacué dans un cas urgent vers un hôpital recevra l’ensemble des soins gratuitement ».

Avant ladite mesure, « ce sont les parents du malade qui prenaient en charge l’ensemble des frais d’évacuation des villes de l’intérieur vers les hôpitaux de Nouakchott et même entre les centres et postes de santé de Nouakchott vers les centres hôpitaux et souvent dans des conditions pitoyables ». A travers cette initiative, la Mauritanie vient de faire un pas en avant, mieux que le Sénégal, même si le ministre de la Santé a adressé une note circulaire aux directeurs des hôpitaux, dans la soirée du 2 janvier 2019. Ce pour leur donner des consignes fermes quant à la bonne prise en charge des patients qui arrivent dans les services d’urgence

En tout cas, seneweb le journal en ligne dakarois a fait état de la mort d’une dame, faute d’évacuation. Selon le journal il s’agit d’une dame qui a mis au monde des jumeaux, mais l’irréparable s’est produit faute de disposer de l’ambulance du poste de santé. Et les tentatives de l’évacuation avec d’autres véhicules ont été vaines, les deux premiers étant tombés en panne en cours de route et le troisième coincé dans les embouteillages à son arrivée à Thiès.

« Si c’était une ambulance, peut-être qu’elle serait arrivée à temps à l’hôpital et qu’elle serait en vie aujourd’hui », confie dans les colonnes du journal, l’une des sœurs catholiques qui ont reçu la malade au poste de santé. Le même journal précise qu’il faut  « débourser 10.000 FCFA pour bénéficier des services de l’ambulance ».