Match contre l’Afrique du Sud, le peuple marocain veut oublier la défaite face aux Etats-Unis

Equipe nationale du Maroc
Equipe nationale du Maroc

Les supporters marocains veulent très vite oublier la déroute aux Etats-Unis où les Lions de l’Atlas ont été douchés par une belle équipe américaine. Un match qui avait fini sur le score de trois buts à zéro. Pour retrouver le sourire, ils espèrent voir le Maroc battre l’Afrique du Sud, ce soir.

Le Maroc affronte l’Afrique du Sud avec qui il partage le groupe K, ce jeudi 9 juin 2022, à 20h00, au complexe sportif Prince Moulay Abdellah de Rabat. Un match comptant pour la première journée des qualifications pour la prochaine Coupe d’Afrique des Nations, Côte d’Ivoire 2023. Pour la presse marocaine, «les Lions de l’Atlas n’ont pas droit à l’erreur et devront présenter un tableau meilleur à celui de Cincinnati», aux Etats-Unis.

Selon Bladi, face aux Bafana-Bafana, le sélectionneur des Lions marocains, le Franco-bosniaque Vahid Halilhodzic devra corriger certaines erreurs «pour permettre à l’équipe nationale de donner une prestation à la taille de sa renommée», d’autant que, rappelle le journal, «les supporters marocains ne s’attendaient pas à une telle douche (3-0)», face à l’équipe américaine. Et de mettre en garde que «le match contre l’Afrique du Sud servira de test pour le Onze national».

Seulement, le sélectionneur sud-africain a averti que son équipe n’est pas venue au Maroc pour une promenade de santé. «Le Maroc est une bonne équipe, c’est aussi une équipe qu’on connaît bien, on connaît ses joueurs», a indiqué Hugo Bross, mettant en garde : «nous avons un plan, nous allons voir s’il va fonctionner le jour du match». Et de lancer : «nous savons ce que nous avons à faire, mais le plus important, c’est qu’il faut y aller en étant confiant et dans le bon état d’esprit».

Vahid Halilhodzic, qui avait indiqué que lui et les joueurs marocains étaient «un peu tous déçus après cette défaite contre les États-Unis», avait appelé à «en tirer des leçons». Le coach, avait ajouté que «ça nous donne des indications. Nous étions moins réalistes, mais je savais dès le départ que ce serait difficile. Surtout physiquement, on n’est pas au top de notre forme». Reste à savoir si entretemps, le Maroc a eu à corriger les imperfections.

A lire : Mohammed VI gâte les… Marocains