Martin Luther King III : « L’élection de Barack Obama, c’est un aspect du rêve de mon père qui a été accompli »

Martin Luther King III, le fils du célèbre pasteur américain, était à Paris dans le cadre du cinquantenaire du mensuel panafricain francophone Africa International. Entretien express avec un homme qui a vécu la dernière campagne présidentielle et la victoire de Barack Obama aux premières loges.

Martin Luther King III est né en 1957 et est l’un des quatre enfants que le Révérend Matin Luther a eu avec Coretta Scott King. Il a reçu en héritage de son père le gôut de l’activisme et a fondé en 2006 l’organisation « Realizing the dream » qu’il préside.

Afrik.com : Qu’est ce que ça représente pour vous d’être ici ?

Martin Luther King III :
Je tiens d’abord à féliciter Africa International et Marie-Roger-Biloa (rédactrice en chef du mensuel, ndlr) pour sa contribution à la dissémination de l’information relative à un continent, peut-être le plus incroyable de la planète. Je suis heureux d’être là aujourd’hui d’autant que les Etats-Unis viennent d’élire le premier président Africain-Américain de leur Histoire. L’espoir est semble-t-il permis d’envisager d’autres relations avec le continent africain sous la présidence de Barack Obama, des relations différentes de celles qui ont prévalu sous l’administration Bush ou aucun autre de ces prédécesseurs.

Afrik.com : En tant qu’Africain-Américain, c’est important d’avoir des informations sur l’Afrique ?

Martin Luther King III :
Internet rend aujourd’hui l’accès à l’information plus facile. Mais avant, on dépendait beaucoup des publications américaines qui ne rendent pas toujours compte avec véracité de ce qui se passe sur le continent africain. Les médias panafricains d’ici ou d’ailleurs sont indispensables pour bien s’informer. Nous venons du continent africain mais nous ne connaissons pas nos racines. En tant qu’Africains-Américains, nous avons besoins de trouver des façons de nouer des liens culturels avec l’Afrique. C’est important de la connaître, de développer des liens avec elle, d’unir nos forces afin de faire de l’Afrique le puissant continent qu’il devrait être. Il l’est déjà d’une certaine manière dans la mesure où elle abrite la plupart des ressources nécessaires à la plante. Les gens ont par conséquent besoin d’interagir avec le continent africain pour survivre. Mais les choses vont bien au-delà. Il s’agit de respect mutuel, de travailler ensemble dans des rapports d’égal à égal en tant que membre d’une seule et même race : la race humaine. Nous devons y parvenir. Il le faut.

Afrik.com : Vous avez vécu l’élection américaine de l’intérieur. Vous comptez parmi les soutiens du président Obama. Comment avez-vous vécu cette campagne et cette victoire historique ?

Martin Luther King III :
Pour moi, cela a été tout simplement extraordinaire. Mon père et ses compagnons ont lutté pour qu’un jour un Africain-Américain soit candidat d’un grand parti, et qu’il devienne, éventuellement, président des Etats-Unis, et Barack Obama vient d’être élu à la tête de notre pays. Depuis mon enfance, je porte en moi cet espoir mais je ne savais pas quand cela arriverait et je ne l’envisageais pas de si tôt. J’ai une fille qui a 6 mois, pour elle ce sera normal d’avoir un président noir. Nous y sommes parvenus de haute lutte et nous irons encore au-delà. Je suis sûr que papa et maman sourient. Cependant, je dois dire que le rêve de mon père ne s’est pas encore accompli. L’élection de Barack Obama n’est pas l’accomplissement du rêve de mon père. C’est un aspect du rêve qui a été accompli. Il reste encore beaucoup à faire pour que le rêve s’accomplisse totalement.