Marrakech va accueillir le 9e Forum pour le développement en Afrique

La ville de Marrakech, au Maroc, accueillera, du 12 au 16 octobre 2014, le 9e Forum pour le développement en Afrique, dont le thème sera : « Modes de financement novateurs pour la transformation de l’Afrique ».

Habituellement organisé en Ethiopie, le 9e Forum pour le développement en Afrique aura lieu cette année à Marrakech, du 12 au 16 octobre 2014. Cette prochaine édition sera placée sous le thème des « Modes de financement novateurs pour la transformation de l’Afrique ». Ce forum est l’événement phare de la Commission économique des Nations-Unies pour l’Afrique (CEA), dont le siège est à Addis Abeba, la capitale éthiopienne.

Qu’est-ce que la CEA ?

La CEA est un groupe de réflexion de premier plan en Afrique, et le Forum a la réputation de réunir des experts d’Afrique et du monde entier qui viennent discuter et débattre des problèmes les plus urgents en Afrique. Lors de la prochaine édition, ils discuteront de l’accélération du capital déployé en Afrique par l’approfondissement des marchés de capitaux, « en mettant à profit le capital national et en recherchant de nouvelles sources d’investissement, comme les fonds d’investissement, en inversant et en arrêtant les flux financiers grâce à des régimes fiscaux plus transparents et plus structurés », selon African Media Agency.

Les experts ont exprimé leur satisfaction à l’idée d’organiser le prochain forum au Maroc, un pays doté, d’après la CEA, « d’un environnement politique stable, d’une situation géographique favorable, d’un cadre juridique opérationnel et d’un développement suffisant des infrastructures de services ».

« Améliorer la capacité de l’Afrique »

L’objectif de ce forum est, selon le Secrétaire exécutif de la CEA, Carlos Lopes, d’améliorer la capacité du continent à développer des mécanismes de financement novateur. Malgré sa croissance économique, l’Afrique fait face à un déficit de financement annuel de 31 milliards de dollars pour le seul secteur de l’énergie électrique.

« Bien que les flux d’investissements directs soient en augmentation, le continent n’attire toujours qu’une petite part des fonds d’investissement mondiaux, qui sont concentrés dans quelques pays et secteurs tels que les services commerciaux et les technologies de l’information et des communications. Les pays africains doivent développer des politiques appropriées afin d’attirer des fonds d’investissement privés, particulièrement dans les domaines identifiés comme étant des secteurs-clés de la croissance. Les problèmes mentionnés ci-dessus seront traités de façon approfondie au cours du Forum », a ajouté Mr Lopes.