Maroc, Sahara, Algérie : la posture de la Zambie en question

Lors d’une rencontre avec Nasser Bourita, le ministre zambien des Affaires étrangères a affirmé que son pays soutient le Maroc sur toutes les questions. Une position qui pose problème à la presse marocaine.

Présent à Rabat le 14 avril 2017, le ministre zambien des Affaires étrangères, lors d’une rencontre avec son homologue marocain Nasser Bourita, a affirmé que son pays soutient le Maroc sur toutes les questions. Une position qui pose problème à la presse marocaine, qui relève que sur la reconnaissance de la RASD, la Zambie affiche des positions changeantes, depuis un an.

Harry Kalaba, rapporte l’agence officielle MAP a souligné l’importance d’un « soutien mutuel dans tous les domaines (…). C’est dans un esprit de fraternité que nous espérons que le Maroc et la Zambie continuent à travailler ensemble pour une coopération étroite ». Relevant que le retour du Maroc dans sa famille institutionnelle africaine est « une excellente chose », le ministre ajouté que l’Afrique veut bien « travailler en étroite collaboration avec le Maroc ».

Affirmant que « ce retour va faire de l’Afrique un meilleur endroit. Nous nous attendons à ce que le continent soit intégré et qu’il soit un continent d’unité pour la réalisation des rêves de notre peuple », Harry Kalaba a également salué l’excellence des relations entre les deux pays.

Sauf que la presse marocaine est d’avis que ces déclarations interviennent après moult tergiversations de la Zambie sur la reconnaissance de la République Arabe Sahraouie Démocrate. Et de rappeler que le 18 juillet 2016, la Zambie signait avec 28 Etats la motion de Kigali, « regrettant l’absence du Royaume du Maroc des instances de l’Union Africaine » et « décidant d’agir en vue de la suspension, prochaine, de la République arabe sahraouie démocratique des activités de l’Union Africaine, et de tous ses organes ».

Et la presse marocaine de fustiger que quelques jours plus tôt, précisément le 9 juillet, lors d’une rencontre entre Nasser Bourita et Harry Kalaba, ce dernier avait annoncé que son pays ne reconnaissait plus la RASD. Pour les journaux marocains, la Zambie n’a cessé d’envoyer des signaux contradictoires. Dès le 9 octobre, relève les sites qui citent le Lusaka Times, « le président Lungu assurait au ministre des Affaires étrangères de la RASD Salem Ould Salek que la Zambie restait déterminée à renforcer ses relations avec les Sahraouis pour le bénéfice mutuel des deux pays ».

Et d’enfoncer : « le 10 janvier, Edgar Lungu recevait le président du Polisario Brahim Ghali en visite officielle, confirmant ainsi la reprise des relations diplomatiques entre la RASD et la Zambie ». Le 9 février, dénonce la presse, le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, qui recevait à son tour son homologue zambien, Harry Kalaba, déclarait que « l’Algérie et la Zambie sont sur la même ligne en ce qui concerne la solidarité avec les peuples du Sahara occidental et de Palestine ». Une position de la Zambie qui pose problème au Maroc.