Maroc : polémique autour de la visite annulée de Shimon Peres

Shimon Peres ne viendra finalement pas au Maroc, son nom a été retiré de la liste des invités officiels de la conférence de la Fondation Clinton Global Initiative.

L’ex-président israélien ne viendra finalement pas au Maroc ou il devait participer au Forum international qu’organise l’ancien président américain Bill Clinton, à Marrakech les 5, 6 et 7 mai. Sa visite a en effet été annulée dimanche selon des sites web d’information marocains.

L’annonce de la venue de Shimon Peres au Maroc avait fait polémique. Plusieurs figures associatives s’étaient opposées à l’invitation au Maroc de l’ex-président israélien. Les appels de plusieurs syndicats marocains pour « l’arrêt de toute politique de normalisation avec Israël » seraient la raison essentiel de l’annulation de cette visite, toujours selon les mêmes sources.

En effet vendredi dernier, une trentaine de comités civils et politique marocains ont publié une déclaration commune condamnant le visite de l’ex président israélien. Le même jour un groupe d’avocats des droits de l’homme ont déposé une plainte contre Shimon Peres demandant son arrestation dès son arrivée au Maroc pour « crimes de guerre ».

Coté palestinien, le Hamas aurait également mis en garde les autorités marocaines au sujet de la visite de Shimon Peres qui aurait fait pression sur le gouvernement pour qu’il interdise l’entrée de l’ex-président sur le territoire marocain, selon le site web Bladi.Net qui cite le quotidien israélien Mariv. Le «Réseau démocratique marocain de solidarité avec les peuples» a quant à lui réclamé, une « interdiction de la visite » de Shimon Peres par « respect pour les sentiments des Marocains et pour la cause palestinienne».

Le gouvernent marocain de son coté n’a répondu à aucune de ces demandes.

Relations Maroc-Israël

Malgré la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays depuis que le Maroc a fermé le bureau de liaison d’Israël à Casablanca et à Tanger en 2000, le royaume continue secrètement d’échanger au niveau commercial avec l’Etat hébreux.

Selon le site web d’information Le Maghreb émergent qui rapporte des informations du Bureau central israélien des statistiques, le Maroc est le cinquième pays africain importateur de produits israéliens après l’Ethiopie, l’Afrique du Sud, l’Egypte et la Tanzanie, avec environ 3,2 millions de dollars pour les cinq premiers mois de l’année 2014, soit 14% du total de ses importations pour cette période. Avec ce chiffre important le royaume est le deuxième client arabe d’Israël après l’Egypte. L’Etat hébreux se classe au troisième rang des pays d’importations du Maroc, bien avant les Etats-Unis, la Chine ou l’Allemagne.

Quant aux exportations marocaines vers Israël durant la même période de l’année 2014, elles étaient en nette baisse passant de 28.3 à 5.3 millions de dollars.