Maroc : « Mohammed VI libère des pédophiles et garde des prisonniers politiques »

Alors que l’on pensait que la sortie de Mohammed VI allait calmer la tension soulevée par la libération du pédophile Daniel Galvan, des voix se lèvent pour crier au scandale. Pour les détracteurs du roi et les manifestants, « Mohammed VI était au courant de cette libération du pédophile, puisque c’est lui qui l’a cautionné et ordonné ».

Daniel Galvan faisait partie d’une liste de 48 prisonniers espagnols graciés mardi par le roi Mohammed VI. Ce pardon était fait sous le prétexte des relations diplomatiques qui existent entre le Maroc et l’Espagne. Cette grâce a entraîné un mécontentement populaire qui a poussé Mohammed VI à demander l’ouverture d’une enquête. «Le roi Mohammed VI n’a jamais été informé de la gravité des crimes abjects pour lesquels l’intéressé a été condamné. Il est évident que jamais le souverain n’aurait pas consenti à ce que ce prisonnier arrête de purger sa peine, au regard de l’atrocité des crimes monstrueux qui lui sont reprochés», a fait savoir un communiqué du palais. Au moment où les uns et les autres espèrent que l’enquête réclamée par Mohammed VI puisse permettre d’identifier les responsables de cette négligence ou de cette conspiration afin de prendre les sanctions nécessaires, des voix se lèvent pour crier à l’instrumentalisation de l’opinion. Pour les détracteurs de Mohammed VI ainsi que les manifestants, « le roi savait bel et bien qu’il graciait ce pédophile multirécidiviste ». Mieux, les manifestants reprochent à Mohammed VI d’ouvrir grande les portes des prisons pour libérer des criminels qui en ont fait subir au peuple marocain, notamment des pédophiles dont le seul cas encore révélé est celui de Daniel Galvan, dit l’affaire « Danielgate » qui, à lui seul, aura détruit la vie de onze enfants. Pendant ce temps, Mohammed VI retient en prison des prisonniers politiques.

Ces sorties visant à faire croire qu’au Maroc, l’heure est au verrouillage d’un système qui visiblement a des failles. Et qu’il est désormais devenu une question de sécurité nationale que de savoir qui et qui figurent sur la liste des personnes devant bénéficier de la grâce du roi, ne serait que de la poudre aux yeux de l’opinion. « En tant que Marocains, il nous est difficile d’avaler que le roi Mohammed VI ne savait pas que le prisonnier qu’il graciait était un pédophile multirécidiviste ». Selon nos sources, la question de la grâce de prisonnier avait été scellée lors de la vite du Roi d’Espagne au Maroc il y a quelques semaines de cela.

L’affaire du pédophile Daniel Galvan gracié par le roi Mohammed VI a conduit à une frustration de la population ayant entraîné plusieurs dizaines de personnes blessées lors de manifestations. Face à la colère des Marocains qui affrontent la police, Mohammed VI a ordonné l’ouverture d’une enquête. Une véritable mascarade selon les détracteurs de Mohammed VI et les manifestants.