Maroc-Marche Verte : le discours de Mohammed VI attendu par les Algériens

C’est dans un contexte très tendu entre le Maroc et l’Algérie, sur la question du Sahara, que le roi du Maroc Mohammed VI prononcera, ce mercredi à 20h30, un discours à la Nation à l’occasion du 38e anniversaire de la Marche Verte.

Le discours du roi Mohammed VI à l’occasion du 38e anniversaire de la Marche Verte (6 novembre 1975) est attenu autant au Maroc qu’en Algérie. Un communiqué de la Maison royale, du protocole et de la chancellerie indique que le souverain chérifien « adressera un discours à son peuple fidèle (…) sur les ondes de la radio et de la télévision » ce mercredi à 20h30. Ce traditionnel discours célèbre l’annexion d’une partie du territoire du Sahara occidental revendiqué aujourd’hui par le peuple sahraoui.

Les Marocains ne seront pas les seuls à être attentifs au roi, leurs voisins Algériens attendent aussi avec impatience. Ce discours intervient en pleine brouille entre Alger et Rabat. Le palais n’a pas apprécié le récent discours présidentiel prononcé à Abuja par le ministre de la Justice algérien, Tayeb Louh, dans lequel Abdelaziz Bouteflika avait jugé « plus que jamais d’actualité » l’installation d’une surveillance étroite des droits de l’Homme au Sahara occidental. Rabat était allé jusqu’à rappeler son ambassadeur pour « consultations ». Un sit-in a même été organisé devant le consulat d’Algérie à Casablanca, durant lequel un manifestant avait escaladé le mur de l’établissement jusqu’à arracher le drapeau algérien qui se trouvait sur le toit. Une onde de choc en Algérie. Pour l’heure, Mohammed VI en personne n’a toujours pas présenté ses excuses à l’Algérie. Durant la brouille, le jeune monarque était en visite à Abu Dhabi chez le prince Khalifa Ben Zayed Al Nahyane. Quel message aura-t-il à l’attention des Algériens ?

Au bord de la congélation

Le Roi Mohammed VI a néanmoins envoyé un message privé à Abdelaziz Bouteflika à l’occasion de la fête religieuse Awal Mouharam (1er mois du calendrier hégirien), bien qu’il ait omis de féliciter son homologue pour le 59e anniversaire de la Révolution algérienne célébré le 1er novembre. C’est la première fois que les autorités marocaines oublient de transmettre leurs vœux.

En transformant un simple message qui n’a fait que rappeler la position algérienne en une affaire d’Etat, les autorités marocaines ont contribué à geler un peu plus les relations entre les deux pays, estime le quotidien algérien El Watan. Le discours de la Marche Verte est très certainement l’occasion de réchauffer à nouveau les relations entre les deux pays frères. A moins que le jeune souverain enfonce le clou en mettant en garde « les ennemis de l’intégrité territoriale » comme il l’a fait le 10 octobre dernier devant le congrès du Parlement.

Les peuples algériens et marocains, dont la grande majorité regrette l’attitude adoptée entre les deux autorités, se demandent si Mohammed VI adoptera la raison ou la fierté. Ce discours que doit prononcer Mohammed VI est certainement le moment le plus propice puisqu’il est dédié à la fameuse marche entreprise par le défunt Hassan II suivi par son peuple pour annexer le Sahara occidental à l’époque occupé par l’Espagne. Présentera-il officiellement des excuses à l’Algérie suite à la violation du consulat d’Algérie à Casablanca ? La réponse ce soir à 20h30.