Maroc : les femmes désormais sous haute protection de Mohammed VI

Les élus du Maroc, sur proposition du gouvernement du roi Mohammed VI, ont définitivement adopté une loi contre les violences faites aux femmes.

Au Maroc, les élus ont définitivement adopté, mercredi 14 février 2018, une loi contre les violences faites aux femmes. Celle-ci est toutefois jugée insuffisante par les mouvements féministes.

Après de longues années de combats, ponctuées de vifs débats, les élus marocains ont pris leur courage à deux mains. Cette nouvelle loi précise d’abord les actes de violences à l’encontre des femmes, incriminant pour la première fois « certains actes considérés comme des formes de harcèlement, d’agression, d’exploitation sexuelle ou de mauvais traitement ». C’est ce qu’a indiqué une note de la ministre de la Famille issue du Parti justice et développement (PJD, islamiste) qui conduit la coalition gouvernementale. « Grâce à Dieu ! », a indiqué la ministre marocaine de la Famille, de la femme et de la solidarité, Bassima Hakkaoui, sur son compte Facebook.

Ce projet qui traîne depuis 2013 dans les couloirs du Parlement, durcit également les sanctions pour certains cas et prévoit des « mécanismes pour prendre en charge les femmes victimes de violences ». Sans compter, commente l’agence de presse officielle MAP, qu’il « permettra au Maroc de disposer d’un texte juridique de référence et cohérent susceptible de garantir une meilleure protection des femmes contre toutes formes de violence ».

Alors que le Maroc enregistrait plusieurs cas d’agressions, le gouvernement de Mohammed VI avait promis une stratégie pour lutter contre ce fléau. Le sujet avait été soulevé au mois d’août dernier avec une vidéo montrant une agression sexuelle collective contre une jeune femme dans un bus de Casablanca. Avec cette loi qui durcit le ton à l’encontre des « agresseurs », les femmes marocaines peuvent désormais compter sur le législateur qui leur garantit une meilleure protection.