Maroc : la police traque les masseuses sexuelles d’origine subsaharienne

Police marocaine

Au Maroc, les forces de l’ordre déclarent ouvertement la lutte contre les salons de massage à caractère sexuel dirigés par des immigrés d’origine subsaharienne qui, en réalité, sont des couvertures pour un réseau de proxénétisme. Les salons de massage sexuel sont pléthore à Casablanca ainsi qu’à Mohammedia.

A Casablanca, la police vient de lancer la traque. Elle vise particulièrement des femmes immigrées d’origine subsaharienne qui sont soupçonnées de cacher derrière les salons de massage, de vastes réseaux de proxénétisme. En dehors du massage, les jeunes femmes qui s’adonnent à cette activité proposent à leur clientèle différents services sexuels. Les lieux de rencontre sont tenus secrets ; il n’y a que la masseuse et le client qui soient au courant. Elles sont joignables par téléphone, leurs comptes et surtout sur les médias sociaux.

Ces femmes, qui s’adonnent à la prostitution de luxe que les autorités marocaines ont décidé de combattre à tout prix, sont pour la plupart des immigrées illégalement installées au Maroc. De plus, elles porteraient des infections sexuellement transmissibles et représentent un danger à la société et plus particulièrement à leurs clients. Pour obtenir les services coquins qu’elles offrent, il faut débourser jusqu’à 1 000 dirhams.

Un mode opératoire bien réfléchi

Pour éviter d’être prise par la police, elles utilisent plusieurs stratégies comme changer d’adresse téléphonique après un temps d’utilisation. De plus, pour éviter que les clients quelque peu encombrants les dérangent, les jeunes femmes sollicitent souvent les services de jeunes hommes qui, comme elles, ont une origine subsaharienne.

Ces masseuses utilisent un mode opératoire très bien étudié. Autrement, elles n’auraient pas pu contourner la vigilance des forces de l’ordre pendant toutes ces années. Elles créent, en effet, des pages Web pour proposer leurs services. Pour se renseigner, les clients les contactent sur le numéro indiqué sur la page. Ils sont reçus au bout du fil par une voix très sensuelle travaillée pour séduire et plaire. On leur donne rendez-vous dans un lieu public et ils sont reçus par une personne affiliée au réseau une fois arrivés. Le membre les conduit ensuite à un appartement dans lequel ils rencontrent finalement la masseuse.