Maroc : la Gaes Titan Desert by Garmin affiche complet

Jamais, depuis sa création en 2006, la Gaes Titan Desert by Garmin n’a accueilli autant de concurrents. Dans trois semaines, le 29 avril, 612 vététistes dont Stéphane Diagana et Cadel Evans prendront le départ de la première des six étapes qui composent ce phénoménal défi à Boumalne Dadès.

C’est une certitude depuis la fin du mois de février : le désert marocain va jouer à guichets fermés. 612 concurrents se sont lancés le défi de participer à la Gaes Titan Desert by Garmin, ses 619 km de pistes et de sable, et ses 6 étapes. Deuxième annonce, et pas des moindres, plus de 70 femmes relèveront le défi, un record pour l’événement.

Entre monts de l’Atlas et dunes de Merzouga, le match sera sans merci entre les favoris de l’événement. Deux fois vainqueur de la Gaes Titan Desert by Garmin et tenant du titre, le quadragénaire espagnol Josep Betalú mènera une nouvelle fois la vie dure aux pros du VTT, comme Roberto Bou, deuxième l’an dernier, et aux rois de la route qu’ont été Moises Dueñas (une victoire d’étape sur le Tour de l’Avenir), Julien Zubero ou encore Manuel Beltran, ex équipier de Roberto Heras sur la Vuelta et le Tour de France.

La Gaes Titan Desert by Garmin accueillera quelques guest stars pour sa première étape, une grande boucle de 115 km et plus de 2000m de dénivelé positif autour de Boumalne Dadès. Côté France, c’est un Stéphane Diagana affûté qui viendra se frotter au désert. Le champion du monde et champion d’Europe du 400m haies va, là, se confronter à des pistes beaucoup moins planes que les tartans qui l’ont vu roi. Ce sera également un tout nouvel effort pour l’Australien Cadel Evans, vainqueur du Tour de France 2011.

Chez les femmes aussi, le combat promet des étincelles entre Anna Ramirez, formée sur la route mais déjà deux fois victorieuse de l’épreuve, Ramona Gabriel, une Gaes Titan Desert by Garmin à son actif, et la championne d’Espagne de marathon VTT 2017 Natalia Fischer.

Au total, 22 nationalités vont sillonner le désert marocain sur 619 kilomètres, dans un format de compétition qui mêle performance sportive et course d’orientation. Qu’ils soient Marocains, Australiens, Irlandais, Français, Espagnols ou Brésiliens, toutes et tous « roulent » après le même rêve : devenir un Titan.