Maroc : l’Espagne refuse de livrer le pédophile Daniel Galvan gracié par Mohammed VI

Le mois d’août dernier avait été particulièrement mouvementé au Maroc, avec un peuple en furie contre le roi Mohammed VI qui venait d’accorder la grâce à un pédophile espagnol du nom de Daniel Galvan. Ce dernier, arrêté par la suite en Espagne, est passé devant le tribunal hier lundi.

Poursuivi au Maroc pour le viol de onze enfants, Daniel Galvan devait purger une peine de 30 ans au Maroc. Ce pédophile espagnol de 65 ans, on ne sait par quel mécanisme, a bénéficié d’une grâce de Mohammed VI et a vite fait de quitter le royaume chérifien pour aller se réfugier dans son pays où il sera à nouveau arrêté pour être reconduit en prison. Cela faisait suite à un mandat d’arrêt international émis par le royaume chérifien, après que le peuple marocain soit descendu dans la rue.

Une cour espagnole a prononcé lundi un arrêt dans lequel elle indique que le pédophile Ganiel Galvan purgera sa peine en Espagne. En réalité, le tribunal de l’Audience nationale à Madrid a suivi l’avis du Parquet qui s’était appuyé le 14 novembre dernier sur la convention entre les deux pays, le Maroc et l’Espagne en l’occurrence, qui ne leur permet pas d’extrader les ressortissants d’une rive de la Mer Méditerranée à une autre.

Daniel Galvan avait été condamné en 2011 à 30 ans de prison pour viol sur onze mineurs marocains. Au mois d’août dernier, il avait obtenu une grâce du roi Mohammed VI, en marge de la fête du trône. Une décision qui avait suscité de vives contestations de la part du peuple marocain. En effet, les Marocains étaient descendus en masse dans les rues pour protester contre cette décision royale. Des manifestations avaient été violemment réprimées et une dizaine d’associations avaient porté plainte en raison des multiples blessés.

Après le refus d’extradition prononcé ce lundi, le Tribunal a ajouté qu’il fera en sorte que le coupable purge sa peine dans une prison espagnole. Ce qui était le vœu initial du pédophile Daniel Galvan.