Maroc, Israël : ce que Mohammed VI et Benyamin Netanyahou se sont dits

Le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, et le roi Mohammed VI du Maroc ont eu un entretien téléphonique, intervenu deux semaines après le rétablissement des relations diplomatiques entre les deux pays. Quelle est la substance de leur échange ?

Quelque deux semaines après l’annonce de la normalisation des relations entre le Maroc et Israël, faite le Président des Etats-Unis, Donald Trump, le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, et le roi du Maroc, Mohammed VI, ont eu un entretien téléphonique, selon un communiqué du Cabinet royal, qui a donné des détails de cet échange.

Au cours de cet entretien, le roi Mohammed VI « a rappelé les liens forts et particuliers entre la communauté juive originaire du Maroc et la monarchie marocaine », mettant en avant « la position cohérente, constante et inchangée du Royaume du Maroc au sujet de la question palestinienne ainsi que le rôle pionnier du Royaume pour la promotion de la paix et de la stabilité au Moyen-Orient ».

Le roi Mohammed VI s’est également félicité de la « réactivation des mécanismes de coopération entre le Royaume du Maroc et l’État d’Israël, et de la reprise des contacts réguliers, dans le cadre de relations diplomatiques pacifiques et amicales ». Pour sa part, le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, a assuré le roi Mohammed VI de sa détermination à « mettre en œuvre tous les engagements pris, selon un calendrier précis de mise en œuvre », poursuit le communiqué.

Pendant cet entretien « amical », Benyamin Netanyahou a aussi invité le souverain marocain à venir en Israël, tandis que Mohammed VI a, lui, rappelé « les liens chaleureux (existant) entre les juifs marocains et les expatriés marocains en Israël », selon le communiqué israélien. « Le Premier ministre a dit que tout Israël était enthousiaste concernant la paix entre les pays », est-il indiqué dans le texte.

En revanche, le roi du Maroc a réitéré sa position sur la question palestinienne, à savoir son soutien à la création d’un État palestinien aux côtés de l’État hébreu. A noter qu’Israël abrite une forte communauté juive d’origine marocaine estimée aujourd’hui à quelque 700 000 personnes, tandis qu’environ 3000 juifs résident encore au Maroc, principalement à Casablanca, Fès, Rabat ou encore Marrakech.

Il a également été retenu qu’Israël et le Maroc doivent également rouvrir leurs bureaux diplomatiques. Le Maroc avait fermé son bureau de liaison à Tel Aviv en 2000 au début de la seconde intifada palestinienne. Mardi dernier, quatre accords bilatéraux ont été signés entre Israël et le Maroc, centrés sur les liaisons aériennes directes, la gestion de l’eau, les connexions des systèmes financiers et un accord d’exemption de visa pour les diplomates.