Maroc, France : extradition de Thomas Gallay, Mohammed VI dit « oui » à Emmanuel Macron

Le roi du Maroc, Mohammed VI et le Président français, Emmanuel Macron

Thomas Gallay, un ingénieur français condamné pour « terrorisme » au Maroc, pourra quitter ce pays d’Afrique du Nord pour être incarcéré en France.

Le roi du Maroc, Mohammed VI, a répondu favorablement à la demande du Président français, Emmanuel Macron, d’extrader. Thomas Gallay, un ingénieur français en microtechnologies, condamné pour  «terrorisme » au Maroc, pourra être incarcéré en France. En effet, le Maroc a accepté le transfèrement en France de ce citoyen français condamné à quatre ans de prison pour « terrorisme » après son arrestation, en 2016.

Dans un communiqué, les autorités marocaines ont indiqué, ce lundi 15 octobre 2018 : « répondant favorablement à la demande formulée personnellement par le Président français, les autorités le Maroc a donné son accord pour le transfèrement de Thomas Gallay afin de lui permettre de purger le reste de sa peine dans son pays ».

Interpellé en février 2016 dans la ville d’Essaouira, Thomas Gallay, un ingénieur de 37 ans originaire du sud-est de la France, avait été condamné en première instance à six ans de prison, pour « soutien à des personnes ayant voulu perpétrer des actes terroristes ». Sa peine avait été revue à la baisse au mois de mars 2017 par la Cour d’appel du tribunal de Salé, près de Rabat. L’ingénieur n’avait cessé de clamer son innocence.

En février 2016, lorsqu’il a été arrêté, Thomas Gallay travaillait pour le compte d’une société grenobloise à Essaouira, sur la côte Atlantique du Maroc. Ses ennuis ont commencé lorsqu’il s’est lié d’amitié avec un jeune Marocain, qui se trouve être un intermédiaire en immobilier. Un serment d’allégeance à Daech a été retrouvé dans l’ordinateur de Thomas Gallay, alors que « son ami avait libre accès à sa connexion Internet ».