Maroc/Etats-Unis : Thomas Fabius encore dans ses… Affaires étranges

Thomas Fabius, le fils du ministre français des Affaires étrangères, est visé par un mandat d’arrêt aux Etats-Unis, suite à une nuit de casino à Las Vegas. L’aîné de Laurent Fabius est coutumier des faits puisqu’en 2011, il était poursuivi par les autorités marocaines pour tentative d’escroquerie après un passage remarqué au casino de Marrakech.

Le fils du ministre français des Affaires étrangères fait l’objet d’un mandat d’arrêt aux Etats-Unis pour une folle nuit à Las Vegas, en mai 2012. Le mandat d’arrêt, signé par le juge William Kephart, en mai 2013, mentionne que les poursuites sont engagées par l’Etat du Nevada contre Thomas Emmanuel Fabius.

3,2 millions d’euros de chèques sans provisions

Le fils aîné de Laurent Fabius, qui utilisait un chéquier de la Banca Monte dei Paschi di Siena, une banque italienne, a libellé trois chèques à l’ordre de l’hôtel de luxe-casino The Palazzo : un de 200 000 dollars, un de 409 000 dollars et le troisième d’un million de dollars. Pour payer la note au Aria Resort & Casino, complexe offrant des jeux et des chambres luxueuses, Thomas Fabius a remis cinq chèques, en sortant cette fois un carnet de la Société Générale : deux chèques de 300 000 dollars, deux chèques de 100 000 dollars et un dernier de 200 000 dollars. Quant au casino Cosmopolitan of Las Vegas, « sachant que le chèque ne serait pas encaissé quand il serait présenté », selon la plainte officielle, Fabius-fils a laissé un chèque de 900 000 dollars. Ce qui porte le montant total du préjudice causé par l fils de ministre des Affaires étrangères atteint donc 3,509 millions de dollars (3,2 millions d’euros).

Coutumier des faits

La petite chance du fils de Laurent Fabius est que le mandat d’arrêt n’est pas international, s’applique cependant à tout le territoire américain. Si jamais il met les pieds aux USA, il risque de se faire arrêter. Thomas Fabius, qui avait notamment éveillé les soupçons en réalisant l’acquisition, en 2012, pour sept millions d’euros, d’un appartement à Paris, n’est pas à son coup d’essai. En effet, en 2011, le VSD révèle un coup bas porté par Thomas Fabius au casino de Marrakech, au Maroc. Pour avoir perdu au jeu, le fils du ministre français des Affaires étrangères a été contraint de laisser en gage une montre de luxe. Sauf qu’il a été par la suite découvert que la montre était du toc. Ce qui avait conduit le casino à porter plainte pour tentative d’escroquerie. Une affaire entre les mains de la police marocaine qui avait saisi leurs collègues de la France. En clair, Thomas Fabius est un habitué des faits