Maroc : arrestation de trois partisans de l’Etat islamique

Au Maroc, le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ) a arrêté, à Tanger, trois présumés partisans de l’organisation terroriste Etat islamique.

Coup de filet anti-terroriste au Maroc, où le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ) a arrêté, les 17 et 18 janvier dernier, à Tanger, trois présumés partisans de l’organisation terroriste Etat islamique.

L’information a été livrée par le ministère de l’Intérieur dans un communiqué. S’inspirant des « actes barbares » des combattants de l’EI, les prévenus « avaient planifié de commettre des agressions à l’arme blanche contre des citoyens qui ne partagent pas leurs pensée extrémiste », ajoute la même source cité par Yabiladi. Le site précise que les investigations ont montré en outre que les suspects projetaient de mener des opérations de braquages et de vols en vue de financer leur départ vers les zones contrôlés par l’Etat islamique. Les trois prévenus seront déférés devant la justice.

Le Maroc est de plus en plus la cible des terroristes qui veulent frapper le royaume en représailles à la coopération des services de renseignement de ce pays d’Afrique du Nord avec l’Espagne, la France et la Belgique. En effet, le royaume a aidé la France à mettre hors d’état de nuire des terroristes de la trempe du redoutable Abdelhamid Abaaoud, cerveau présumé des attentats de Paris et Saint-Denis qui ont fait 130 morts et 350 blessés. Ces terroristes s’apprêtaient à mener une attaque contre la Défense française, le 18 novembre 2015, lorsqu’ils ont été appréhendés.

Au Maroc, la vigilance, l’efficacité et la diligence du Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ) a jusque-là permis de déjouer tous les plans des terroristes dans le royaume. Ce qui leur a valu d’ailleurs des augmentations de salaires consenties par le roi du Maroc, Mohammed VI.