Manger en public pendant le Ramadan

Manger en pleine journée durant le mois de Ramadan n’est pas sans conséquences dans les pays musulmans du Continent. Les avis semblent partagés en ce qui concerne l’attitude à adopter vis-à-vis ceux qui ne jeûnent pas. Tour d’horizon.

Ramadan pour tout le monde ? En Afrique comme ailleurs, les musulmans du monde entier y sont tenus. L’observation d’un jeûne strict fait partie des éléments essentiels de la foi musulmane. Quid des non pratiquants ? Au Maghreb et dans certains pays d’Afrique de l’Ouest, certains considèrent que manger devant un musulman relève de la provocation, alors que d’autres, au contraire, n’y voient aucun inconvénient.

 Mohamed, journaliste à Alger (Algérie)

« Il vaut mieux éviter les provocations »

« Pendant le ramadan, il vaut mieux s’abstenir de faire certaines choses en public. Par exemple, fumer une cigarette en pleine journée n’est pas bien vu. Alors manger en pleine rue… De toutes les façons, tous les restaurants sont fermés, même s’il y en a qui servent en cachette. Donc ceux qui veulent manger doivent se cacher pour le faire. Il ne faut pas oublier que l’Islam est la religion d’Etat, et que par conséquent il est de bon ton de respecter les principes de la foi musulmane. Il y a des rappels à l’ordre, mais ça reste en général courtois, même si ça peut facilement dégénérer, voire en venir aux mains. »

 Mounia, femme au foyer à Sétif (Algérie)

« Il faut respecter la tradition »

« Je ne suis pas musulmane. Et quand on n’est pas musulman dans un pays islamique, on s’adapte ! Il est vrai que les non musulmans n’ont pas la vie facile pendant le ramadan. Personnellement, je ne me baladerais pas avec un casse-croûte dans la rue. Cela tient du bon sens et du respect d’autrui, mais également des traditions du pays dans lequel on se trouve. Cela dit, on peut déplorer le manque de tolérance de la part de certaines personnes. Il me semble que c’est plus une question de personne, de trait de caractère que de religion. »

 Aurélie, étudiante à Ouagadougou (Burkina Faso)

« Les gens font la mine quand ils te voient manger »

« A Ouaga tout le monde est content quand le ramadan arrive. Mais c’est surtout au moment de la fête (Aïd ) que les gens ont le sourire, car ils savent qu’ils vont pouvoir beaucoup manger. Sinon, en temps normal, les musulmans minent (font la tête, ndlr) quand ils voient des personnes manger alors que eux doivent se priver. On peut remarquer une baisse d’activité dans les quartiers à majorité musulmane. Les gens ne mangent pas trop dans la rue à ces endroits là. Mais je pense que la cohabitation est bonne ».

 Michel-Francis, taximan à Bobo-Dioulasso (Burkina Faso)

«Ça ne me dérange pas de voir quelqu’un manger »

« Il est vrai que c’est le mois du jeûne, mais il ne faut pas oublier que tout le monde ne pratique pas. La tolérance s’impose. Moi, ça ne me dérange pas de voir quelqu’un manger, à partir du moment où il ne me nargue pas. Et puis ce n’est pas une raison suffisante pour se battre. Il faut prendre cela comme une épreuve. Celui qui se bat pour une telle raison peut arrêter de jeûner, car il aura rompu sa privation ».

 Ibrahim, professeur à Bamako (Mali)

« Le Mali est un pays laïc »

« Au Mali, il n’y a aucun problème ! Ceux qui souhaitent manger peuvent le faire sans problème. A vrai dire cela ne dérange personne. Notre pays est laïc, par conséquent le syncrétisme religieux est de rigueur ».

 Amadou, journaliste à Bamako (Mali)

« Tant pis pour celui qui ne fait pas le ramadan »

« Chacun est libre de faire ce que bon lui semble. Si quelqu’un souhaite manger cela le regarde ! Tant pis aussi pour celui qui ne fait pas le ramadan, ou qui triche en mangeant en cachette. La vie est un choix ! Par contre, dans certaines familles on est obligé de jeûner, parce qu’à midi on ne fait pas la cuisine »

 Saïda, restauratrice à Casablanca (Maroc)

« Côtoyer la nourriture est tentant »

« Je travaille au marché et je suis en contact avec la nourriture. Toute la journée, je vois des personnes venir s’alimenter. Je ne dis pas que ce n’est pas tentant, mais chacun vit sa foi. J’ai des serveuses qui ne sont pas de confession musulmane, mais ça ne me dérange pas du tout. Par le passé, certains ont tenté de me faire fermer le restaurant pendant la journée, mais il me fait gagner ma vie ».

 Akimath, étudiante à Dakar (Sénégal)

« Je trouve qu’il y a beaucoup d’hypocrisie »

« Je trouve qu’il y a beaucoup d’hypocrisie ici. La plupart des gens ne font pas le ramadan avec sérieux ! Les gens se cachent pour manger et font semblant de jeûner en public. Je ne sais pas pour quelle raison. Je ne pense pas que ce soit à cause de la peur. Les gens sont paresseux. Ici, on dirait que faire le ramadan est plutôt une question d’honneur. Personnellement, je ne suis pas surprise quand je vois des gens manger. Je préfère ça aux cachotteries ».

 Jerry, sportif à Saly (Sénégal)

« Manger, mais sans s’exposer »

« Moi je ne fais pas le ramadan, même si tout le monde le fait chez moi ! On ne me dit rien. Je ne me cache pas pour manger, mais je ne m’expose pas non plus. Il faut trouver le juste milieu. Il est vrai que ce n’est pas toujours évident. Parfois on me fait des reproches, mais c’est plutôt gentil. Je ne me suis jamais fait molester ».

 Sana, journaliste à Tunis (Tunisie)

« Les restaurants restent ouverts à tous »

« En Tunisie, tout se passe bien. Il n’y a aucun problème. Si quelqu’un souhaite manger dans la journée, il peut s’en donner à cœur joie, vu qu’il n’y a pas d’interdit à ce niveau. De plus, il y a beaucoup de non musulmans, notamment chez les touristes, d’où la tolérance des Tunisiens. Par ailleurs, contrairement à d’autres pays du Maghreb, les restaurants restent ouverts à tous. Ceci dit, manger en public reste mal vu. La question est assez délicate, mais en général tout se passe bien »