Malnutrition infantile au Bénin : le Japon débloque 300 millions FCFA

Dans le cadre de la lutte contre la malnutrition au Bénin, le Japon a accordé à UNICEF-Bénin une subvention de 300 millions FCFA.

Le Japon apporte son soutien à UNICEF-Bénin en lui accordant une subvention de 300 millions FCFA, soit une aide de 600 000 dollars, afin d’aider cette institution à renforcer sa lutte contre la malnutrition infantile dans ce pays, rapporte l’institution onusienne.

Cette aide intervient après la publication d’une enquête menée par UNICEF au mois de mars dernier. Elle révélait une situation alarmante de la nutrition des enfants dans les communes de Malanville et de Karimama. La commune de Malanville compte 9% de prévalence de la malnutrition aiguë globale, selon l’enquête, alors que le taux de malnutrition aiguë sévère, qui nécessite une hospitalisation et un traitement intensif pour sauver l’enfant, est estimé à 1,6%. A Karimama, les résultats de l’enquête ne sont guère meilleures : la malnutrition aiguë sévère s’élève à 3% et la prévalence de la malnutrition aiguë globale atteint 12,3%, dépassant le seuil d’alerte fixé à 10% et se rapprochant du seuil d’urgence établi à 15%.

De manière générale, la malnutrition chronique est de 36,4% dans le département de l’Alibori, dans lequel se trouvent les deux communes citées. Cela représente une légère hausse par rapport à 2011 lorsque la malnutrition chronique dans cette région du pays était de 35,9%.

La malnutrition chronique, due à une alimentation insuffisante sur une période prolongée, débute dans les 1 000 premiers jours de vie de l’enfant, notamment lors des neuf mois de grossesse et les deux premières années de vie. Une mauvaise gestion de l’eau ne favorise pas à protéger les enfants des maladies et infections hydriques. Le traitement de l’eau à domicile, le lavage quotidien des mains au savon et l’évacuation hygiénique des selles des enfants représentent jusqu’à 45% des interventions nécessaires à la réduction de la malnutrition chronique.