Mali : une manifestation de pro-MNLA à Kidal tourne à l’émeute

Des manifestants du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) ont saccagé ce jeudi des bâtiments publics à Kidal, dans le nord-est du Mali, pour exprimer leur mécontentement contre la décision de leurs responsables de quitter les locaux du gouvernorat et de la radio-télévision publique ORTM, occupés depuis neuf mois par le MNLA.

Les jeunes et femmes du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) sont en colère et le font savoir ! Ils ont organisé ce jeudi une manifestation à Kidal, dans le nord-est du Mali, pour protester contre la décision de la rébellion de quitter jeudi les locaux du gouvernorat et de la radio-télévision publique ORTM, qu’elle occupe depuis plusieurs mois. Mais le sit-in, qui au départ se déroulait dans le calme, a très vite tourné à l’émeute. Des protestataires ont en effet saccagé et brûlé une partie du gouvernorat, du Trésor public et un bâtiment de l’Education nationale situé à proximité, pour exprimer leur mécontentement contre leurs responsables.

Le MNLA, composé en majorité de Touaregs, occupe le gouvernorat et la radio-télévision publique ORTM depuis environ neuf mois, échappant au contrôle de Bamako. Mais la décision de la rébellion de quitter ces bâtiments publics le 9 novembre a divisé les partisans de la rébellion. Une manifestation avait déja été organisée mercredi devant le gouvernorat par un groupe de femmes et de jeunes. Le chef coutumier de Kidal, Intalla Ag Attaher, avait entrepris une médiation entre les deux parties.

Kidal, fief du MNLA, est régulièrement le théâtre de violences. L’insécurité y est galopante malgré la présence de l’armée malienne, de la force française Serval, ainsi que celle de l’Onu au Mali. L’assassinat des deux journalistes de RFI, Ghislaine Dupont et Claude Verlon, a suscité de multiples interrogations concernant cette ville, dont Bamako déplore n’avoir plus aucun contrôle.