Mali : une force de paix et de combat de l’ONU

L’ONU présente, ce mercredi 27 mars au Conseil de Sécurité, ses recommandations sur la mission de la paix au Mali, composée de 11200 hommes, appuyée d’une « force parallèle » afin d’affronter les islamistes.

L’ONU envisage d’envoyer une force de maintien de la paix au Mali. Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, présentera ce mercredi 27 mars au Conseil de Sécurité ses recommandations sur la mission de paix au Mali, forte de 11200 hommes, appuyée d’une « force parallèle » afin d’affronter les islamistes.

« Le secrétaire général de l’ONU préconise donc une mission de 11 200 hommes, principalement des soldats africains de l’Afisma qui devra être appuyée d’une « force parallèle », chargée de combattre les groupes extrémistes. Aucune précision sur cette force », fait savoir RFI.

« Ce qui semble indiquer que l’ONU souhaite le maintien d’une présence militaire française en appui à sa « mission de stabilisation », analyse L’Express.fr.

Paris veut passer le relais à l’ONU

François Hollande l’a annoncé. Le rapatriement des 4 000 militaires français engagés dans la guerre au Mali débutera en avril. Les autorités françaises espèrent, alors, que cette date coïncidera avec le déploiement d’une force de maintien de la paix de l’ONU.

Laurent Fabius espère un rapide passage de relais entre les troupes françaises et les Casques bleus. C’est ce qu’a annoncé le ministre français des Affaires étrangères, mardi 12 mars. Et pour cause, la guerre au Mali coûte de plus en plus cher. Depuis le début de l’intervention militaire, la France a dépensé plus de 100 millions d’euros pour financer le conflit, selon les chiffres cités par le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

Le déploiement de la force de maintien de la paix de l’ONU se fera seulement lorsque toutes les conditions politiques et de sécurité seront réunies au Mali. D’où la réunion de ce mercredi au Conseil de Sécurité des Nations unies.