Mali : un mort dans l’attaque d’un convoi humanitaire

Les employés humanitaires déployés à Gao au Mali ne cessent d’être la cible d’attaque. Ce lundi, un employé du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a été tué à Gao, au nord du Mali.

Au nord du Mali, les attaques des djihadistes se multiplient. Un employé du CICR a succombé à l’attaque de son convoi humanitaire près de Gao. Cette attaque a été revendiquée par le groupe djihadiste MUJAO ( Mouvement pour l’unicité et le djihad en Afrique de l’Ouest). Lors de cette attaque , un membre de la Croix-Rouge malienne a été blessé.

Attaque préparée

Le camion qui effectuait la liaison entre Gao et Niamey au Niger pour s’approvisionner en médicaments, a été criblé de balles par au moins six terroristes, ne laissant aucune chance à l’employé du CICR. Une attaque bien préparée, selon la MINUSMA. Abou Walid Sahraoui du MUJAO, qui a immédiatement revendiqué l’attaque, a déclaré : « Avec l’aide de la main d’Allah, nous avons tué, à côté de Gao, en terre musulmane, un chauffeur qui travaillait pour l’ennemi ».

Dans son communiqué, le CICR a condamné l’attaque et appelé « tous les belligérants à respecter et protéger les travailleurs humanitaires » qui portent assistance à des milliers de personnes affectées par le conflit au Mali. Venant en aide aux populations maliennes du Nord, ces employés travaillent au plus proche des populations, dans des zones de conflits, depuis 2012. De ce fait, ils n’échappent pas aux attaques des groupes armés présents dans le nord.

Le MUJAO est un groupe très actif dans le nord du Mali. Ainsi, en février 2014, quatre membres du CICR avaient été enlevés alors qu’ils partaient de Kidal pour se rendre à Gao. Ces otages ont été libérés deux mois plus tard après une opération menée par des militaires français dans le nord. Le MUJAO est un groupe allié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), qui a contrôlé le nord du Mali entre 2012 et 2013.