Mali : un charnier de 21 corps découvert cette nuit, Sanogo suspect n°1

Les choses semblent se corser pour le Général Amadou Sanogo inculpé mercredi 27 novembre à Bamako, pour meurtres et assassinats. En ce sens qu’un charnier de 21 corps, probablement des bérets rouges, a été découvert dans la nuit du mardi au mercredi, dans une fosse commune de Diago. Les pistes semblent mener vers l’ex-capitaine putschiste.

La découverte d’un charnier, dans la nuit de mardi à mercredi, au Mali, près de la capitale Bamako, est au centre de toutes les attentions. « Nous avons découvert un charnier de 21 corps, probablement de militaires bérets rouges, dans une fosse commune de Diago. Les corps ont été exhumés », a déclaré, selon des informations rapportées par l’AFP, un responsable du ministère malien de la Justice qui a participé à l’exhumation.

Cette découverte macabre intervient une semaine après l’arrestation, l’inculpation et l’incarcération d’Amadou Haya Sanogo, auteur du coup d’Etat du 22 mars 2012 contre le Président Amadou Toumani Touré qui avait plongé le Mali dans le chaos. Un mandat de dépôt lui a été délivré le 27 novembre dernier par le juge d’instruction Yaya Karembe, qui avait ordonné son interpellation. Une quinzaine de ses proches ont également été arrêtés à la suite de Sanogo, essentiellement des militaires. Alors qu’Amadou Sanogo est, selon le gouvernement malien, « pour l’instant, inculpé de complicité d’enlèvement de personnes », voilà que cette découverte macabre est faite. Et cela coïncide au moment-même où le juge d’instruction Yaya Karembe l’a inculpé de « meurtres, complicité de meurtres, assassinats, enlèvement de personnes et complicité d’enlèvement ».

Le charnier a été découvert non loin de l’ex-quartier général de Sanogo et ses hommes, situé à Kati (15 km de Bamako). « Nous avions des indices peu avant l’inculpation de Sanogo. L’endroit était connu (…) car depuis trois semaines, les ex-compagnons de Sanogo avaient donné des informations précises sur le charnier », explique à l’AFP un proche collaborateur du juge d’instruction Yaya Karembe, présent sur place. Il ajoute vouloir « être prudent. Nous avons besoin de faire des analyses avant de dire qu’il s’agit bien des corps de bérets rouges. En l’état actuel de nos moyens, nous ne pouvons pas le prouver et nous demanderons sûrement l’aide de pays comme la France ». Cette source révèle que c’est mercredi, peu avant 3 heures GMT, que l’exhumation des corps s’est déroulée, en présence de policiers, de membres des services maliens de renseignement et du juge d’instruction Yaya Karembe.

Pour rappel, le 30 avril 2012, les bérets rouges avaient tenté un contre-coup d’Etat pour reprendre le pouvoir. Une vingtaine d’entre eux avaient alors été tués par les bérets verts de Sanogo. Leurs corps n’ont cependant jamais été retrouvés. Et Sanogo fait partie des premiers suspects. Reste à déterminer si ce sont ces corps qui ont été découverts cette nuit et qui en est (ou sont) le (ou les) instigateur (s). Affaire à suivre.