Mali : rencontre entre Dioncounda Traoré et le capitaine Amadou Sanogo

Le Pr Dioncounda Traoré, président de l’Assemblée nationale malienne a rencontré le chef des putschistes, le capitaine Amadou Haya Sanogo, afin de définir les conditions de transmission du pouvoir et de retour à l’ordre constitutionnel.

C’est au camp militaire de Kati, quartier général des putschistes que le Pr Dioncounda Traoré, président de l’Assemblée nationale et futur président par intérim du Mali a rencontré les représentants des mutins conduits par le capitaine Amadou Haya Sanogo. L’objectif était de définir les conditions de transmission du pouvoir afin de rétablir au plus vite un régime accepté par les partenaires internationaux et de mettre en place le régime de transition.

Dioncounda Traoré était accompagné de Djibrill Bassolé, ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso, très présent depuis le début des négociations avec la junte, ainsi que par le ministre ivoirien de l’Intégration africaine, Adama Bictogo, responsable de la médiation ouest-africaine de la Cédéao.

Aucun détail n’a filtré sur la teneur de cette réunion. Seul le capitaine Amadou Haya Sanogo s’est exprimé pour dire que tout s’était bien passé et que les journalistes seront tenus au courant de l’avancée en temps réel.

Le président malien Amadou Toumani Touré, renversé le 22 mars par le putsch militaire conduit par le capitaine Amadou Sanogo, a démissionné dimanche pour permettre l’avancée du processus de constatation de vacance du pouvoir. Cela conduira à l’investiture de M. Traoré comme président de transition, ainsi qu’à la nomination d’un Premier ministre de transition nommé à la tête d’un « gouvernement d’union nationale ».

La situation au Nord-Mali reste confuse. Si une Française enlevée à Gao a bien été libérée, à priori avec l’aide du MNLA, l’Algérie n’a pas confirmé la libération de ses sept diplomates.

Lire aussi :

 Mali : chronique d’une recolonisation programmée

 Azawad : l’indépendance pour le MNLA, l’autonomie pour la France