Mali : pour ou contre les tenues « sexy »

Les jeunes femmes maliennes ont échangé leurs larges boubous traditionnels contre des tenus beaucoup plus sexy. Body, collants, robes moulantes, pantalons, jupes courtes, et jeans près du corps sont, aujourd’hui, très tendances au Mali. Ce phénomène de société ne manque pas d’alimenter la polémique dans une société à majorité musulmane. Micro-trottoir.

Par Nadège Ouinsou

A la mode de chez nous. Body, collants, robes moulantes, pantalons, jupes courtes, et jeans ont désormais remplacé les traditionnels pagnes et boubous portés d’ordinaire par les jeunes filles maliennes. Sous l’influence de la mode occidentale, ces dernières dévoilent de plus en plus leur corps. Cette évolution des mœurs crée le débat dans un pays à 90% musulman. Afrik est allé à la rencontre de parents bamakois afin de recueillir leur avis sur la question.

 Monsieur Sangaré, 50 ans, six enfants

« Tout homme a un instinct bestial »

« Ma religion s’oppose à ce mode vestimentaire extravagant. Les filles qui font des études mènent leur vie à l’occidentale pour se rendre à l’école. Elles optent alors pour des habits à l’européenne, plus près du corps. Par contre, pour les fêtes de famille, elles portent des habits traditionnels. Elles savent qu’elles vont y côtoyer des adultes qui n’apprécient pas les vêtements moulants. Cependant, tout homme a un instinct bestial, j’aime bien regarder les filles qui portent des bodies et des pantalons serrés. En revanche, je n’aimerais pas que mes filles s’habillent de cette façon. Les jeunes qui portent des jupes courtes sont considérées comme des filles faciles. Elles sont donc plus accostées que les autres. »

 Monsieur Bagayoko, 58 ans, sept enfants

« L’islam ne nous empêche pas de nous amuser »

« Je n’ai rien contre cette mode. Certes nous sommes musulmans, mais ça ne veut pas dire qu’on veut s’effacer de la vie. L’islam ne nous empêche pas de nous amuser. »

 Madame Dialo, 54 ans, quatre filles

« Mes filles ont le droit d’être à la mode

« Chaque temps a sa mode. Le problème vient de la place que tient l’islam dans notre société. Il est vrai que le nombril et les fesses dehors, peuvent choquer de grandes personnes. Mais les jeunes mamans pensent que c’est dans l’air du temps. Après tout, les filles qui s’habillent comme ça, ne le feront plus jamais une fois mariée. J’autorise mes filles à porter ce qu’elles désirent. Elles ont le droit d’être à la mode. D’ailleurs quand je vais en France je leur ramène beaucoup de bodies. Néanmoins, je ne veux pas qu’elles s’exposent dans certains endroits parce qu’elles risquent d’y être agressées ou violées. Nombreuses sont les filles qui sont victimes de viol ou d’agression à cause de leurs tenues. »

 Madame Traoré, 48 ans, sept enfants

« Mes filles achètent des jupes courtes en cachette »

« Moi, je n’aime pas ça. C’est contraire à la religion, à l’éthique et à la morale. Malheureusement, mes filles s’habillent comme ça. Elles achètent des jupes courtes en cachettes. Leur papa est totalement contre, alors il les force parfois à se changer. »

 Fatou, 23 ans, trois enfants

« Nombril, fesses, seins, tout est dehors »

« Ces jeunes filles sont des dévergondées. Je me plains de leur style vestimentaire tous les jours. Ça m’écœure, je suis choquée. Je possède un restaurant et j’en refuse l’accès à ces personnes peu vêtues. Nombril, seins, cuisses tout est dehors. J’ai remarqué que ces jeunes filles sont souvent issues de familles pauvres. C’est sûrement un moyen pour elles d’attirer les hommes et de sortir de leur misère. »

 Monsieur Touré, 35 ans, quatre enfants

« Les vieux sont impuissants face à ce phénomène »

« On dit que c’est la mode. Il faut laisser les jeunes s’exprimer. Même si les vieux sont totalement contre, ils sont impuissants. Il y a deux types de parents. Il y a les parents démissionnaires qui, entre autres pour des raisons financières, laissent leurs filles agir à leur guise. Elles peuvent donc s’attirer les faveurs d’un homme qui pourra les entretenir. D’un autre côté, il y a les parents conservateurs qui interdisent à leurs enfants de porter des vêtements trop serrés. Mais dans ce cas, les jeunes femmes se changent souvent une fois à l’extérieur. Certains parents ont déjà mis leurs filles à la porte à cause de cela. »

 Monsieur N’diaye, 54 ans, quatre enfants.

« Ce n’est pas une façon de se vêtir pour se rendre à l’école ou sur son lieu de travail»

« Les jeunes femmes portent des bodies et des pantalons qui serrent au corps, ainsi que des chaussures pieds nus. Je n’approuve pas. Je considère que ce n’est pas une façon de se vêtir pour se rendre à l’école ou sur son lieu de travail. Elle peuvent à la limite aller en boîte comme ça. »