Mali : négociations en cours pour lever les sanctions et former un nouveau gouvernement

Moctar Ouane

Pour Moctar Ouane, récemment nommé Premier ministre du Mali, l’une des priorités est de procéder à la formation d’un gouvernement d’union nationale. Ensuite, il faudra avec le soutien de Ba N’Daw, le président de Transition, lever l’embargo instauré par la CEDEAO à l’encontre du Mali.

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) n’est pas insensible à la situation que traverse le Mali. Pour preuve, le Président ghanéen Nana Akufo-Addo et son homologue nigérian Muhammadu Buhari font partie de ceux qui œuvrent activement pour la sortie de crise.

Moctar Ouane, récemment nommé Premier ministre du Mali s’implique également autant que faire se peut. Ce dernier œuvre d’ailleurs particulièrement pour que le nouveau gouvernement puisse rapidement être formé. Pour cela, de nombreuses enquêtes de moralité sont ouvertes concernant les personnes qui correspondent au profil recherché.

Vers une nouvelle unité nationale

Selon les informations déjà disponibles, il est fort probable que la junte malienne fasse une concession et pas des moindres. Dans les faits, le colonel Assémi Goïta, le leader des militaires putschistes et l’actuel homme fort du Mali, pourrait conformément aux exigences de la CEDEAO, laisser le pouvoir. Ainsi, il ne remplacera pas le président de transition en cas d’empêchement ou de force majeure.

Il faut rappeler que l’actuelle situation que traverse le Mali fait suite au coup d’état du 18 août dernier. Pour l’heure, le retour à la normale n’est pas encore total. Bien qu’ayant maintenu ses sanctions, la CEDEAO ne ménage aucun effort pour que le Mali sorte de cette mauvaise passe.