Mali : la crise à Kidal menace la Présidentielle

La réunion du Comité de suivi des accords de Ouagadougou, conclus entre Bamako et le rébellion du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), se tient ce lundi. La crise à Kidal, où déjà quatre personnes ont été tuées dans des violences entre Touaregs et Noirs, devrait être au cœur des discussions. Une situation qui tombe mal à quelques jours de la Présidentielle du 28 juillet.

A quelques jours de la Présidentielle du 28 juillet, Bamako et le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) n’ont toujours pas fini de régler leurs comptes. Les accords de Ouagadougou scellés entre les deux parties doivent-ils être remis en question? Le Comité de suivi de ces accord qui se réunit ce lundi répondra sans doute à cette question. La crise à Kidal sera au cœur des discussions entre les deux parties. Depuis que l’armée malienne a été autorisée à pénétrer dans la ville, suite à la signature des accords dans la capitale burkinabè, les tensions se sont multipliées dans la localité, fief des Touaregs. Déjà quatre personnes ont péri dans des violences entre Touaregs et Noirs, selon le dernier bilan officiel. Des affrontements qui ont été suivi par l’enlèvement de cinq personnes, dont quatre agents électoraux, et un élu à Tessalit, au nord de Kidal, avant qu’elles ne soient finalement libérées.

Sabotage des accords?

Face à ces évènements, les rebelles du MNLA et le Haut conseil pour l’unité de l’Azawad œuvrent pour qu’on ne les accusent pas de vouloir saboter les accords de Ouagadougou, comme cela se chuchote à Bamako.
Ibrahim Ag Mohamed Assaleh, chef de la délégation du MNLA et du Haut conseil pour l’unité de l’Azawad, a déclaré à la télévision nationale malienne qu’il « était du devoir de toutes les parties d’œuvrer pour la bonne tenue du scrutin à Kidal », rapporte BBCAfrique. Il espère signer un accord de paix définitif 60 jours après l’élection d’un nouveau Président, comme le stipulent les accords « de Ouagadougou pour oublier pour de bon les rebellions récurrentes au nord du Mali ».

Doutes sur la tenue de la Présidentielle

L’apaisement à Kidal était l’une des conditions pour que l’élection présidentielle puisse avoir lieu. Mais pour Tiébilé Dramé, président du Parti pour la renaissance nationale (Parena), qui a finalement retiré sa candidature, les conditions pour la tenue d’élections justes et transparentes ne sont actuellement pas réunies. L’ex-ministre des Affaires étrangères sous la présidence d’Alpha Oumar Konaré pointe du doigt l’insécurité qui règne encore dans certaines villes du nord-Mali, notamment à Kidal. Il n’est pas le seul responsable politique à avoir émis des réserves sur la tenue du scrutin. Le président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), Mamadou Diamouténé, a lui aussi exprimé ses doutes quant à la tenue de la Présidentielle qui aura lieu dans quelques jours, alors que le pays n’est toujours pas sorti de la crise. Des voix discordantes qui n’ont pas plu au Président de la transition Dioncounda Traoré, obéissant au dictat de Paris, veut maintenir le scrutin coûte que coûte. A quel prix?