Mali : l’otage Philippe Verdon mort d’une balle dans la tête

Le Parquet de Paris vient de faire une révélation effroyable. L’otage français, Philippe Verdon, enlevé en novembre 2011 par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), est mort. Un décès pas du tout comme les autres, puisque Philippe Verdon a, selon le Parquet de Paris, reçu une balle dans la tête.

Depuis mars, Al-Qaïda au Maghreb Islamique (Aqmi) avait revendiqué la mort de l’otage français, mais la France n’avait jamais confirmé. Philippe Verdon, qui avait été enlevé, a été assassiné d’une balle dans la tête, a annoncé ce jeudi le Parquet de Paris. Le corps a été retrouvé début juillet, dans une région où de violents combats avaient opposé, en février dernier, les armées françaises et tchadiennes aux jihadistes.

Assassiné d’une balle dans la tête

Déjà lundi, nous annoncions qu’un corps retrouvé, il y a plus de dix jours au Mali, serait probablement celui de Phillipe Verdon. « Il existe une très forte probabilité pour qu’un corps retrouvé récemment dans le Nord-Mali soit malheureusement celui de Philippe Verdon », avait confié dimanche le ministère des Affaires étrangères. Cela faisait suite aux inquiétudes soulevées par le Président François Hollande, en marge de la célébration du défilé du 14 juillet. Le corps récupéré dans la région de Tessalit, non loin de la frontière algérienne et qui était alors supposé être celui de Philippe Verdon avait été transféré dans un hôpital militaire installé par les Français à Gao, avant d’être acheminé en France pour autopsie. L’examen effectué ce mercredi 17 juillet 2013 et qui a été poursuivi ce jeudi, a permis d’établir qu’il s’agit bel et bien de la dépouille de « Philippe Verdon qui est mort, assassiné d’une balle dans la tête », a confié, ce jeudi, le Parquet de Paris.

Mort dans des conditions atroces

L’état de santé de Philippe Verdon a toujours préoccupé les autorités françaises. En effet, au moment où il se rendait au Mali, il souffrait de tachycardie. Des médicaments lui avaient même été remis. Déjà au mois de mars, le Comité de soutien de Philippe Verdon, par la voix de son directeur, Pascal Lupart, prétendait que celui-ci serait mort de ses pathologies. Pascal Lupart est même allé plus loin en accusant « Aqmi de se servir de la mort de Phillipe Verdon pour une mise en scène ». Sauf que quelques quatre mois plus tard, le constat est là, amer : Phillipe Verdon est mort, après avoir reçu une balle dans la tête.

A rappeler que Phillpe Verdon a été enlevé le 24 novembre 2011 à Hombari (Mali), avec Serge Lazarevitch, lors d’un voyage d’affaires pour un projet de cimenterie au Mali. Les otages Verdon et Lazarevitch ont été pendant un temps retenus dans une villa à Tombouctou, avant d’être transférés vers le nord du Mali où, Philippe Verdon, 53 ans, est mort dans des conditions visiblement atroces.