Mali : incertitude sur la signature de l’accord de paix

Au Mali, c’est ce vendredi que l’accord de paix pour le nord du pays doit être signé. Cet accord très attendu demeure pour l’heure incertain. Le gouvernement malien et les groupes armés loyalistes sont favorables à cet accord alors que les groupes rebelles de la Coordination du mouvement de l’Azawad (CMA) sont toujours réticents.

Jour J pour la signature de l’accord de paix pour le nord du Mali. Toutefois, l’incertitude est de mise quant à l’issue finale de cet accord. Les groupes armés rebelles de la CMA, en dépit du fait qu’ils ont paraphé, ce jeudi, un préalable à l’accord, ne sont toujours pas prêts à s’engager de manière définitive. La cérémonie risque de ne pas avoir l’effet tant attendu.

Près de vingt-deux chefs d’État africain sont attendue, ce vendredi 15 mai 2015, à Bamako, pour la cérémonie de signature de l’accord de paix. Les Présidents du Rwanda, du Zimbabwe ou encore de la Côte d’Ivoire ont été conviés à l’événement. Un événement capital pour ce pays d’Afrique de l’Ouest qui, pour l’occasion, a installé un ruban de bitume au cœur de la capitale. Pour le président d’une association malienne Adama Touré, « l’heure de la paix a sonné ».

Pourtant, toutes les conditions ne sont pas réunies afin d’aboutir à un accord de paix. Les groupes rebelles de la CMA ne comptent pas signer l’accord de paix, ce vendredi, tout en conservant la possibilité de le signer plus tard. La situation sur le terrain demeure tendue puisque les combats ont repris, depuis près de trois semaines, au nord, en dépit du cessez-le-feu.

La signature de l’accord de paix sera donc partielle, ce vendredi. Une signature qui pourrait mettre un terme aux combats dans le nord du pays et amorcer la paix, après plus de trois ans de conflit. La médiation internationale devra mettre en œuvre l’accord.