Mali : Bamako annonce la fin de l’Accord d’Alger « avec effet immédiat »


Lecture 2 min.
Le colonel Assimi Goita du Mali
Le colonel Assimi Goita, président de la Transition du Mali

Les militaires au pouvoir au Mali ont annoncé la fin de l’Accord d’Alger, « avec effet immédiat ». Ce pacte avait été signé en 2015 avec les groupes indépendantistes du nord malien.

Le gouvernement de la Transition du Mali a mis fin, ce jeudi soir, à l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, signé en 2015 entre les autorités et les groupes rebelles du nord. C’est la substance d’un communiqué du gouvernement de la Transition lu à la télévision nationale par le porte-parole, le colonel Abdoulaye Maiga.

Selon M. Maïga, cette décision se justifie par le changement de posture de certains groupes signataires de l’Accord. Bamako déplore que ces groupes soient devenus des « acteurs terroristes » qui sont poursuivis par la justice malienne. La junte leur reproche d’avoir commis et revendiqué des actes terroristes. La junte a, en outre, invoqué « les actes d’hostilité et d’instrumentalisation de l’accord de la part des autorités algériennes dont le pays est le chef de file de la médiation ».

« Fin, avec effet immédiat » de l’Accord d’Alger

Selon le colonel Maiga, le gouvernement de la Transition a constaté l’inapplicabilité absolue de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger. Suffisant pour qu’il « annonce sa fin, avec effet immédiat ». Bamako invite tous les autres groupes signataires dudit accord de paix, non impliqués dans le terrorisme, à s’inscrire dans l’esprit du dialogue direct inter-malien ouvert à tous les compatriotes épris de paix.

Cet appel, comme annoncé par le colonel Assimi Goïta, président de la Transition, le 31 décembre 2023, concerne aussi les partenaires du Mali. Lors de son discours de nouvel An, Assimi Goïta avait annoncé la nationalisation du processus de paix inter-malien. Le dirigeant avait indiqué vouloir « éliminer les racines des conflits communautaires et intercommunautaires ». L’accord avait été signé en 2015 grâce à une médiation de l’Algérie sous l’égide de l’ONU.

Avatar photo
Une plume qui balance entre le Sénégal et le Mali, deux voisins en Afrique de l’Ouest qui ont des liens économiques étroits
Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter