Maître ès percussions

Guem revient. Le célèbre percussionniste algérien est de retour dans les bacs avec  » Rose des sables « . Un album dans la continuité de l’oeuvre pléthorique de l’artiste qui enfonce, un peu plus encore, le clou d’un talent de renommée mondiale.

Tam-tam et tambour sont deux termes horriblement réducteurs pour désigner le vaste monde de la percussion. Et il est vrai que taper à main nue sur une peau de chèvre tendue autour d’une caisse de résonance n’a, en apparence, rien de très sorcier. Tout au plus s’agira-t-il pour certains d’une simple musique tribale ou ethnique. Du moins avant d’écouter Guem. L’un des plus grands percussionnistes africains et l’un des seuls à se permettre le luxe de faire des albums solo 100% instrumentaux. Sa dernière production, Rose des sables, explore une fois de plus toute la richesse artistique d’un domaine aux mille nuances.

S’il est de nationalité algérienne, Guem est d’origine nigériane, issu d’une famille de descendants d’esclaves amenés dans le Sud algérien au 19ème siècle. Les mains plus agiles que les pieds, lui qui souhaitait au départ embrasser une carrière de footballeur professionnel, s’engagera sur une tout autre voie : celle de la musique, celle des percussions. Il a joué avec des grands noms du jazz ou de la variété et a aujourd’hui plus de 30 albums à son actif. Une carrière débutée en 1973, avec Percussions africaines, et depuis toujours sur les rails. La source artistique de Guem est encore loin d’être tarie.

Mélodie du rythme

Tantôt musique de transe, comme dans  » Haousse  » ou  » Dounga « , tantôt musique féline à l’image de  » Bianco « , la musique rythmique de Guem peut également se faire mélodique. Un petit tour de force pour des compositions uniquement construites avec des percussions. Mettez des maracas en ligne de fond, des djembés en ligne de basse et un djembé central pour développer et construire le son et vous obtiendrez, comme dans  » Secret « , un morceau riche et vivant qui s’écoute à loisir. A l’instar de l’arabisant  » Atfag « .

Mais Rose des sables ne s’arrête pas là. L’album nous gratifie de petits bonus avec quatre remix électro orchestrés par des vedettes du genre (Galliano, Oscar et Jeff Sharel). Il reste que le disque, avec ses 15 morceaux, a malheureusement de quoi lasser jusqu’au plus mélomane. Il ne s’agit donc pas d’une production easy listening qu’on écoute en boucle mais d’un album qui s’apprécie morceau par morceau que nous vous invitons à découvrir.

Guem, Rose des sables, Nocturne, 2003

La pochette de l’album.

Pour commander le disque.

Guem sera en tournée dans toute la France et plus particulièrement au Zénith de Paris lors de la 1ère nuit de la percussion, le 24 mai, pour un show exceptionnel en compagnie d’Adama Dramé et des Tambours de Brazza.