Madagascar sous la menace des cyclones

Alors que les premiers états des lieux permettent de déterminer les graves dégâts causés par le cyclone Ivan au début de la semaine, Madagascar se prépare à faire face à une nouvelle menace : le cyclone Hondo est en train de se renforcer et se dirige à présent sur la côte est de l’île.

Le cyclone Ivan s’est abattu sur le littoral nord-est de Madagascar dimanche 17 février, ses vents soufflant jusqu’à 210 kilomètres à l’heure, laissant sur leur passage un sillage de destruction à travers l’île avant de s’affaiblir lentement et de se dissiper dans le Canal du Mozambique, mardi.

Ivan a causé « des dégâts à deux niveaux : d’abord, la destruction provoquée par la violence des vents, et maintenant les inondations », a expliqué Dia Styvanley Soa, porte-parole du Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC).

« Et on peut s’attendre à d’autres problèmes. Nous sommes en pleine saison des cyclones, vous savez. Aujourd’hui, Hondo menace également de s’abattre sur notre littoral ». Le cyclone Hondo a pris l’ampleur d’un cyclone tropical pleinement développé de catégorie quatre au centre de l’Océan Indien au début du mois de février, mais il a rapidement faibli et n’a jamais menacé de s’abattre sur les terres.

Dia Styvanley Soa a toutefois expliqué que selon les météorologues malgaches, Hondo revenait à la charge. « Hondo se trouve aujourd’hui à 1 600 kilomètres de notre littoral est. Il n’a pas encore d’incidence sur le climat, mais nous devons rester attentif à son évolution ».

Le bilan des dégâts

Le BNGRC est encore en train de mener des missions d’évaluation, avec l’aide des agences des Nations Unies et d’organisations non-gouvernementales (ONG) internationales telles que Care International. « Le plus gros problème, actuellement, c’est l’accès : un grand nombre de routes ont été bloquées », a déclaré Mme Styvanley Soa.

Sur Sainte Marie, une île de 60 kilomètres de long, située au large de la côte nord-est de Madagascar, et qui a fait les frais du cyclone, « 75 pour cent des maisons ont été détruites », a ajouté Mme Styvanley Soa.

« Hier, nous avons reçu les résultats de l’évaluation par hélicoptère. Il s’agit d’une évaluation réalisée par voie aérienne, qui ne nous donne donc qu’un aperçu global des dégâts. Tout ce que je peux dire, pour le moment – parce que je n’ai pas de données précises – c’est que presque toutes les régions de Madagascar sont inondées et que l’accessibilité pose un vrai problème ».

Les premiers états des lieux indiquaient que près de 15 000 personnes avaient été touchées (déjà le double des estimations réalisées mardi), dont plus de 8 000 personnes aujourd’hui sans abri et deux morts. Et neuf autres victimes seraient ensevelies sous les ruines d’un hôtel effondré.

« Le cyclone a endommagé les infrastructures routières et les habitations, et déraciné les arbres. Dans bon nombre de régions du pays, surtout dans le nord-est, l’électricité est coupée et les rivières auraient commencé à sortir de leurs lits », a indiqué Volana Rarivoson, chargée de communication publique pour le Programme alimentaire mondial (PAM), à Madagascar.

Des préoccupations ont également été soulevées concernant la sécurité alimentaire, après que de vastes portions de rizières eurent été inondées dans la région d’Ambatondrazaka, où une majorité du riz malgache (l’aliment de base) est cultivé.

Un petit nombre de distributions alimentaires sont déjà en cours dans les régions accessibles.

« Le PAM prévoit de distribuer une tonne de biscuits énergétiques dans les régions les plus touchées, en faisant appel aux équipes d’évaluation qui seront déployées par hélicoptère/avions petits porteurs », a expliqué Mme Rarivoson.

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) fournit des produits non-alimentaires (ex : matériel d’hébergement) aux populations du district de Toamasina ; le gouvernement malgache a mis 20 tonnes de riz à la disposition du district par le biais du BNGRC, et CARE a acheminé 600 tonnes de nourriture à Fénérive Est.

La saison des cyclones coïncide avec la période de soudure entre deux récoltes, et la situation de sécurité alimentaire, précaire, est préoccupante, selon Mme Rarivoson. « Après le passage des cyclones, de nombreuses personnes perdent leurs récoltes. Cela risque d’aggraver considérablement la situation dans les mois qui viennent ».

Bonne préparation

Malgré les graves dégâts causés par le cyclone, Madagascar n’aurait pas pu être mieux préparé : les autorités malgaches, les agences des Nations Unies, les groupes de la société civile et les ONG concernés se sont unis pour participer à l’élaboration d’un plan d’urgence ainsi qu’à un exercice de simulation de cyclone, en octobre 2007.

« De l’avis unanime des participants, le risque le plus important est de voir des cyclones, suivis d’inondations, s’abattre sur la côte est », a déclaré à IRIN Jean-Marie Stratigos, du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires à Madagascar. L’exercice de simulation « s’est déroulé sur la côte est de Foulpointe – Fénérive Est – Soanierana Ivongo [au nord de Toamasina, la deuxième ville malgache], exactement là où Ivan s’est abattu ; tout le monde sait où ça se trouve, les gens se connaissent ».

Ce n’est pas la première fois qu’un cyclone violent s’abat sur Madagascar : Fame, le cyclone précédent, avait coûté la vie à 12 personnes à la fin du mois de janvier 2008 ; pendant la saison des cyclones 2007, la pire de mémoire d’homme, six tempêtes de ce type avaient ravagé l’île, faisant plus de 150 morts.

En 2006-07, des inondations sans précédent ont été observées dans le centre et le nord du pays, ainsi qu’une sécheresse chronique dans le sud. Le pays insulaire avait connu une période exceptionnellement difficile et, à la fin du mois de mars 2007, près d’un demi-million d’habitants, touchés par les effets conjugués de ces catastrophes, nécessitaient une aide humanitaire.

« L’acheminement anticipé de produits alimentaires et non-alimentaires a été organisé conformément au plan ; grâce à cela, le [matériel] de secours était déjà sur place », selon M. Stratigos. Cela s’est avéré particulièrement important lorsque, pendant deux ou trois jours, le transport par voie aérienne, routière et maritime était impossible. Selon le BNGRC, la destruction des infrastructures a déjà gravement entravé les opérations d’évaluation, sans parler de la distribution de nourriture et de matériel d’hébergement.

« Malgré tout, a indiqué Mme Rarivoson, l’intensité du cyclone a été telle que même avec les précautions prises, les dégâts étaient inévitables. [En revanche], l’acheminement anticipé [des secours] s’est avéré efficace pour permettre une aide alimentaire immédiate ».

Inviter les opérateurs de téléphonie mobile du pays à participer à l’exercice de simulation a également été utile, selon M. Stratigos. « [L’opérateur de téléphonie mobile] Orange nous a appelé lundi et leur technicien a été conduit à Sainte Marie, ce qui a permis de remettre le réseau en marche beaucoup plus vite ».

Selon Mme Styvanley Soa, la population de Madagascar avait également été bien préparée. « Ils ont renforcé leurs maisons, se sont avertis les uns les autres de la venue des cyclones, et les autorités régionales ont également endossé leur part de responsabilité ». Mme Styvanley Soa a aussi loué la ténacité des habitants, les communautés ayant déjà commencé à reconstruire et à déblayer les régions touchées.

Mais « les catastrophes récurrentes rendent les gens vulnérables », a dit M. Rarivoson, et « des précautions doivent être prises pour l’avenir, surtout en termes de construction ». « Les gens devraient choisir avec précaution où et comment ils construisent leurs maisons, de sorte qu’elles résistent aux chocs ».

Photo Unicef