Madagascar révise son code touristique

Le ministère du Tourisme malgache veut sortir son secteur du marasme. Le premier semestre a été désastreux économiquement. Les autorités ont décidé de revoir le Code du tourisme et de prendre de nouvelles dispositions pour attirer les investisseurs et les touristes étrangers.

C’est mardi dernier que le ministre malgache du Tourisme, Christian Ntsay, a présenté un plan de relance et de développement du secteur touristique. Depuis le début de la crise politique en décembre dernier, les touristes avaient déserté le pays, obligeant les hôtels à fermer. Des milliers de personnes se sont retrouvées au chômage. Les consulats et les ambassades sont mises à contribution pour redorer l’image ternie de Madagascar. Interview de Rasoamanana Andriantsoa, directeur de cabinet au ministère du Tourisme.

Afrik : Quelles sont vos priorités pour relancer le tourisme ?

Rasoamanana Andriantsoa : Le ministre a exposé les lignes directives de la nouvelle politique du tourisme mardi à l’Assemblée nationale. Le gouvernement entend mettre à contribution consulats et ambassades pour faire connaître la destination Madagascar et aussi pour redorer l’image du pays. Sur le plan économique, nous allons procéder à l’allégement des tracasseries administratives pour les investisseurs. Auparavant, il fallait six mois pour étudier le dossier. Nous allons désormais simplifier toutes les démarches. Nous allons aussi revoir le Code du tourisme et faciliter la procédure pour entrer à Madagascar.

Afrik : Effectivement, la destination Madagascar a été boudée, cette année, par les touristes…

Rasoamanana Andriantsoa : Nous allons rétablir l’image de notre pays après les six mois de période de crise que nous avons traversés. Les médias ont donné une image très négative de notre pays avec pour conséquence la défaillance du tourisme. Madagascar a été classée comme destination à déconseiller. A la prochaine réunion à Paris des Amis de Madagascar, du 21 au 30 juillet, nous nous attellerons à rétablir la vérité.

Afrik : Mais l’insécurité due à la crise politique n’est pas un fantasme médiatique…

Rasoamanana Andriantsoa : Je ne nie pas ce facteur mais il a été exagéré. Par ailleurs, aujourd’hui, cela fait partie du passé. La calme est revenu et pour longtemps. On peut se promener en toute sécurité.

Afrik : Avez-vous établi un bilan sur la désaffection des touristes étrangers lors des six derniers mois ?

Rasoamanana Andriantsoa : Le premier semestre a été désastreux sur le plan économique. En moyenne 50% des hôtels, voire 80% à l’est, ont fermé leurs portes. Il faut que le tourisme redevienne ce qu’il était : un pourvoyeur de devises. Pour cela, nous devons atteindre au minimum 150 000 touristes annuellement. Notre objectif à long terme est de faire autant sinon mieux que Maurice qui reçoit près de 600 000 touristes.

Afrik : Question idiote : je suis touriste et je veux voyager. Tentez de me convaincre que Madagascar est la meilleure destination.

Rasoamanana Andriantsoa : Je dirai que notre pays a une faune et une flore fantastiques. C’est le vestige d’un Continent englouti. Nous disposons de plages paradisiaques et de grandes variétés de reliefs. Sur le plan sécuritaire, la pacification est terminée et les pénuries sont résorbées.