Madagascar retrouve la raison

Ils se sont vus, ils se sont même embrassés. Marc Ravalomanana et Dider Ratsiraka ont surpassé leurs désaccords, leurs haines, à Dakar. L’initiative du président sénégalais Abdoulaye Wade d’inviter les deux protagonistes chez lui, à Dakar, pour trouver une issue à la crise malgache est une réussite. Les ennemis d’hier, qui refusaient de se voir, de s’adresser la parole, se sont assis autour d’une même table et ont convenu du partage du pouvoir. Une sortie honorable pour les deux parties. Et une grande victoire pour la diplomatie africaine.
C’est un Amara Essy presque ému qui a lu le texte de l’accord. Enfin une initiative africaine qui va jusqu’au bout. Le Secrétaire général de l’Organisation de l’unité africaine ne cachait pas sa joie. Madagascar aura donc une direction bicéphale, en attendant les nouveaux résultats des élections. Cette décision ne peut qu’apaiser la tension. Madagascar était au bord de la guerre civile, Antananarivo est toujours asphyxiée. Comment un pays réputé pour son pacifisme a-t-il pu basculer dans la violence ?

La retour à la raison est aussi une victoire personnelle d’Abdoulaye Wade qui se dépense -frénétiquement, diront certains- sans mesure sur la scène internationale. Marc Ravalomanana, président autoproclamé, et Didier Ratsiraka, président sortant, étaient dans une position inconfortable. Le premier était en manque de reconnaissance internationale, accusé de privilégier la rue aux urnes, et le second de s’accrocher vainement à son fauteuil. L’accord de Dakar leur permet donc à tous les deux de revenir vers leurs partisans avec un plan de sortie de crise  » honorable « . Madagascar a retrouvé sa raison. Ses raisons.