Madagascar : double peine pour les victimes des intempéries

Les  intempéries de la semaine dernière ont touché plus de 100 000 personnes. Les victimes ne sont pas au bout de leur peine et de nombreux sinistrés font aujourd’hui face à d’importants problèmes de santé, principalement en raison de l’insalubrité de l’eau.

Le docteur Haja Alègne, directeur régional de la santé publique de la région Sofia, au nord de l’île a déclaré que plusieurs victimes des intempéries souffraient de diarrhée et d’infection respiratoire. Selon ses explications, c’est l’insalubrité de l’eau consommée par les sinistrés qui est à l’origine de ces maladies. Des cliniques mobiles ont été mise en place dans la région par l’état pour accueillir les victimes des intempéries en cas de maladie.

Pour la région d’Ambato Boeny, c’est également l’eau insalubre et boueuse qui est à l’origine des problèmes de santé des sinistrés. Les maladies, comma la diarrhée sévit dans la région, favorisée par la non-potabilité de l’eau. La situation a déjà été relayée au bureau de la gestion des risques et des catastrophes ou BNGRC et la population est en attente de produits pour purifier l’eau et la rendre potable.

Enfin, dans le district de Mitsinjo, un des districts les plus touchés par les intempéries, c’est
surtout les médicaments qui commencent à manquer. Rien que dans deux communes, les responsables sanitaires ont relevé 75 cas d’infection respiratoire aiguë, 60 cas de diarrhée, 25 cas de dysenterie et 60 cas de toux. A cette statistique s’ajoute le nombre de blessés à cause de l’effondrement et de la destruction d’infrastructures.

D’après le dernier bilan du BNGRC, le Bureau de la gestion des Risques et des Catastrophes du Ministère de l’intérieur malgache,  les intempéries ont fait plus de 115 000 sinistrés dans toute l’île. Ces personnes attendent de l’aide de l’état et des association humanitaires pour pouvoir vivre au quotidien. Parmi les priorités pour ces personnes, le besoin de vivres, de médicaments, des produits de première nécessité ainsi que la réparation de leur habitat
dans les plus brefs délais.