Madagascar : Andry « TGV » Rajoelina président

Andry Rajoelina, l’opposant de Marc Ravalomanana, a réussi à obtenir le pouvoir de l’armée. Elle lui a confié ce mardi «les pleins pouvoirs» après les avoir reçus du président sortant.

Madagascar vient de battre un record en connaissant l’une des transitions militaires les plus courtes de l’histoire du continent africain. Le directoire militaire, aux mains duquel Marc Ravalomanana avait laissé le pouvoir ce mardi, l’a confié, à son tour par ordonnance à l’opposant Andry Rajoelina. « Nous donnons les pleins pouvoirs à M. Andry Rajoelina pour qu’il devienne président d’une haute autorité de transition », a déclaré ce mardi le vice-amiral Hyppolyte Ramaroson lors d’une conférence de presse, rapporte l’AFP. Le plus haut gradé et le plus ancien chef militaire malgache aurait dû diriger le directoire. Mais après la publication de la dernière ordonnance présidentielle de Marc Ravalomanana, le vice-amiral et les futurs membres de la structure ont été arrêtés par des militaires pro Rajoelina.
« M. Ravalomanana a déjà démissionné, le Premier ministre et son gouvernement ont aussi démissionné, je suis à la tête du gouvernement de transition qui prépare l’élection présidentielle anticipée qui se déroulera d’ici 24 mois. Donc vous pouvez m’appeler Président», a affirmé Andry Rajoelina, joint par téléphone par la chaîne d’information continue LCI.

Une ascension politique fulgurante

Andry Rajoelina, alias « TGV »[[Le surnom est inspiré du sigle de sa formation politique Tanora malaGasy Vonona (Les jeunes malgaches décidés)]] mérite son surnom. Il ne lui aura fallu que trois mois jour pour jour pour conquérir le pouvoir. L’opposant avait réuni le 17 janvier dernier plus de 20 000 personnes en signe de protestation contre la fermeture de sa radio après la diffusion d’un entretien de l’ancien président malgache Didier Ratsiraka. Depuis, l’ancien maire d’Antananarivo était devenu le chef de file d’un mouvement de contestation contre le régime de Ravalomanana qu’il a qualifié de « dictature générale ». L’Union africaine avait appelé l’armée à ne pas transmettre le pouvoir à Andry Rajoelina, affirmant que la démarche ne serait pas « constitutionnel(le) ».

La Grande Muette vient ainsi de confier les rênes de l’Etat malgache à un homme d’affaires de 34 ans que l’on dit surdoué. Ancien DJ, il a réussi dans le secteur de la communication et est devenu maire de la capitale malgache, Antananarivo, en 2007. Andry Rajoelina a été confirmé dans une fonction qu’il occupait déjà : président de la « Haute autorité de transition »(HAT). Elle a été mise en place le 7 février dernier. Son gouvernement de transition dispose déjà d’un Premier ministre, en la personne de Roindefo Monja, et d’une dizaine de ministres.