Madagascar : Andry Rajoelina réélu au premier tour, l’opposition proteste


Lecture 3 min.
Andry Rajoelina
Andry Rajoelina

A Madagascar, la Commission électorale a annoncé la réélection d’Andry Rajoelina à l’issue de la Présidentielle du 16 novembre. L’opposition conteste cette élection intervenue dès le premier tour.

C’est ce samedi 25 novembre 2023 que la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) de Madagascar a annoncé la réélection d’Andry Rajoelina. Ce, à l’issue du premier tour de l’élection présidentielle du 16 novembre. L’annonce intervient alors que vendredi soir, l’opposition politique malgache a déclaré qu’elle ne reconnaîtra pas les résultats du premier tour de l’élection présidentielle.

Andry Rajoelina passe au premier tour avec 58,95%

Selon les résultats présentés, lors d’une conférence de presse à Antananarivo, la CENI a indiqué qu’Andry Rajoelina a remporté 58,95%. Quelque onze millions de Malgaches inscrits sur les listes électorales étaient appelés aux urnes le 16 novembre. Le taux de participation au scrutin est à peine au-dessus des 46%. Les électeurs devaient choisir entre le Président sortant et douze autres candidats officiels.

Seulement, dix candidats de l’opposition avaient appelé à boycotter ces élections. Ils avaient même refusé de battre campagne. Ce samedi, les résultats officiels ont été annoncés par la Commission électorale. Andry Rajoelina part ainsi pour un second mandat à la tête de la Grande île. Mais déjà, hier vendredi, l’opposition avait commencé à donner le ton.

L’opposition ne reconnait pas les résultats de ce premier tour

« Nous ne reconnaîtrons pas les résultats de cette élection illégitime, truffée d’irrégularités. Et nous déclinons toutes responsabilités sur l’instabilité politique et sociale qui pourrait en découler », a annoncé le collectif de candidats d’opposition, dans un communiqué. Néanmoins, aucun appel à l’endroit des populations n’a été fait. Notamment celui de descendre à nouveau dans la rue.

Toutefois, les résultats de la Commission électorale doivent encore être validés par la Cour constitutionnelle. Cette plus haute juridiction du pays a neuf jours pour valider ce scrutin. Période pendant laquelle les recours peuvent être déposés, en cas de contestation. Le collectif d’opposants n’a pas encore fait état de son intention de saisir la justice. Ce, aux fins de formellement contester les résultats.

Une campagne électorale entachée de tensions

Au pouvoir depuis 2018, Andry Rajoelina avait une première fois dirigé le pays, en 2009. Ce, à la suite d’une mutinerie qui avait chassé du pouvoir l’ex-Président Marc Ravalomanana. Rappelons que la campagne électorale avait été entachée de tensions entre le camp d’Andry Rajoelina et une dizaine de candidats de l’opposition. Au point que la présidente de l’Assemblée Nationale avait demandé un report.

Andry Rajoelina était accusé par l’opposition de vouloir briguer un nouveau mandat illégalement. Le collectif d’opposition évoquait la nationalité française du dirigeant qui, selon eux, l’empêchait de se présenter à nouveau. En plus d’accuser le chef de l’Etat de corruption et de népotisme. Sauf qu’Andry Rajoelina affirmait que cette décision de l’écarter pour une question de nationalité était illégale.

Avatar photo
Journaliste pluridisciplinaire, je suis passionné de l’information en lien avec l’Afrique. D’où mon attachement à Afrik.com, premier site panafricain d’information en ligne
Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter